Stratégie de chantage au Dr Cheick Modibo Diarra

Tous les moyens sont bons pour continuer à détourner les maliens de leurs priorités. Selon nos radars, dans une stratégie de campagne du deuxième tour entre le candidat Soumaila Cissé et le président sortant Ibrahim Boubacar Keita, le pouvoir tente de mettre dos au mur le Dr Cheick Modibo Diarra. Estimant que leurs adversaires directs sont l’URD et le RPDM, le calcul et les coups bas sont planifiés tous les jours. Le régime, dans sa volonté de maintenir son influence et ses racines, profite de jouer du malheur des autres. Sachant que Soumaila Cissé est un adversaire irréversible, le pouvoir cherche à coincer le Dr Cheick Modibo Diarra qui a pourtant toutes ses chances.

En effet, dans le cadre d’une promesse de régularisation de sa candidature par la cour constitutionnelle du Mali, la résidence du Premier Ministre, située au quartier du fleuve, a connu des mouvements nocturnes selon nos sources pointées dans les alentours.

En effet dans la nuit du 01 juillet 2018 entre 00h35 et 01h42, le Premier Ministre a reçu, à son domicile, la journaliste Aïssata Ibrahim Maïga de l’ORTM. La raison, poursuit l’une de nos sources, c’est sa proximité avec le candidat Cheikh Modibo Diarra. Sa mission serait qu’elle négocie le ralliement de ce dernier au 2ème  tour de l’élection au candidat Ibrahim Boubacar Kéita contre la validation de sa candidature par la cours constitutionnelle le mercredi 04 juillet 2018 malgré que l’ancien conseiller municipal de la commune de Kouloum à Kayes.

Monsieur Sounkalo Kanouté est un conseiller du cercle de Kayes, mais il n’est pas habilité à signer un parrainage de dossier de candidature à une élection présidentielle au Mali contrairement à un conseiller communal comme l’exige la loi électorale au Mali.  Selon le premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, la loi est claire et aucun juge du Mali ne peut valider la candidature de Cheick Modibo Diarra dans cette élection sans l’implication du pouvoir exécutif.

L’astrophysicien, qui avait récemment déclaré que sa principale tâche, s’il était élu président, serait de libérer les autres pouvoirs de l’Exécutif, verrait cette proposition comme une humiliation, comme une insulte d’un régime aux abois.

Ainsi, il a informé la journaliste que le président IBK détiendrait d’autres canaux pour joindre le candidat Cheikh Modibo Diarra, notamment le Général Moussa Traoré et sa femme est très proche de l’ancien Premier Ministre Moussa Mara allié du candidat recalé par la cour constitutionnelle.

En personne avertie, notre source précise que le PM ne supporte pas le président de Yelema en qui il dit n’avoir aucune confiance et qui ne doit d’ailleurs pas être informé de cette démarche. Soumeylou Boubèye Maïga préfèrerait avoir les cartes en main. Compte tenu de l’importance de la mission, sur ordre dudit PM, la journaliste Aïssata Ibrahim Maïga est sous surveillance avant le dénouement de la mission. Elle fut, les maliens s’en souviennent, la journaliste dont le choix direct par le PM pleins pouvoirs, avait occasionné des contestations et des interprétations à l’époque.

Cette alliance, faut-il le préciser compte des maliens profondément opposés et révoltés par la gouvernance actuelle. Indépendamment de quelques consignes que pourraient donner le candidat en difficultés, les partisans de Cheick Modibo Diarra seraient d’un engagement profond à toutes les options à part un quelconque soutien à IBK.

L’allié principal qui lui ouvre la voie de cette possibilité, en la personne de Moussa Mara, avait affirmé il y a quelques jours dans Jeune Afrique qu’il faudrait voter pour un opposant si IBK est au deuxième tour. Donc les stratégies de Soumeylou Boubèye Maïga n’en finissent pas contre cette fois-ci un candidat dont les principes rigoureux sont bien connus. Pour ceux qui connaissent l’homme, ça risque d’être un rendez-vous manqué.

 

A suivre

 

Source: figaromali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *