Soutien à la Transition: SBM assume ses choix !

Le Mouvement de la jeunesse de l’Alliance pour la solidarité au Mali convergence des forces patriotiques (ASMA-CFP) a tenu, le samedi dernier, ses assises sur la vie du parti dont la cérémonie de clôture a été présidée par le Président Soumeylou Boubèye MAIGA. L’occasion pour lui, de partager la position du parti sur des sujets d’actualités du pays.

 

L’ancien Premier ministre et Patron de l’ASMA-CFP, Soumeylou Boubèye MAIGA, a présidé le samedi dernier la cérémonie de clôture des assises d’échanges et de réflexions du mouvement national de la jeunesse de son parti. Il était accompagné de plusieurs responsables et cadres du parti. La rencontre d’une journée a été marquée par la présence des délégués venus de toutes les localités d’implantation de l’ASMA.
Au cours de ces assises, les participants se sont penchés sur la vie du parti et les perspectives des futures échéances électorales avant de dégager des stratégies à adopter pour donner un nouveau souffle au parti pendant la transition. Ce, afin de mieux se préparer pour les prochaines élections.
Le président du Mouvement national de la jeunesse de l’ASMA, Abidine KAREMBE, lors de son discours de clôture, a précisé que la journée a été organisée sur financement propre sans aucune contribution du bureau national du parti. Cet engagement, commente-t-il, exprime la détermination de la jeunesse à tirer le parti pour l’atteinte de ses objectifs. À savoir d’être notamment l’une des premières forces politiques du Mali. « Nous sommes déterminés et engagés, nous ne demandons au bureau national que de nous accompagner », a indiqué M. KAREMBE.
À sa suite, Fassoum BAGAYOKO a présenté la synthèse des travaux de groupes dans laquelle les participants invitent le bureau national à aller à la conquête et la gestion du pouvoir au lieu d’être un faiseur de roi comme ça été le cas en 2013 et 2018. Pour ce faire, les participants, après avoir déterminé les forces et les faiblesses du parti, ont adopté un plan d’action pour 2021. Dans ce document, les jeunes de l’ASMA s’engagent à mettre en place toutes les sections des jeunes d’ici fin mars 2021, d’occuper la scène politique, etc.

Le mot d’ordre de SBM
Pour sa part, le président Soumeylou Boubèye MAIGA dont l’intervention était très attendue en vue de déterminer la position du parti sur l’actualité du pays a salué et apprécié l’initiative des jeunes.
Ensuite, il a rappelé que pendant toute la crise électorale qui a conduit aux événements du 18 août, l’ASMA est restée claire et cohérente avec elle-même. Son engagement pour le Mali n’a pas varié, a indiqué SBM. « Je peux dire que nous sommes le seul parti dont le discours n’a pas varié en fonction des postes que nous occupons. Et personne ne nous a jamais entendus cracher la soupe. Parce qu’en 2012, nous avons pris une décision de conviction », a déclaré Soumeylou Boubèye MAIGA.
À l’époque, il a rappelé avoir proposé une architecture institutionnelle dont les grandes lignes ont été adoptées par les Concertations nationales tenues au CICB. Il s’agissait de la désignation d’un président civil, d’un vice-président militaire de la transition et la création du Conseil national de la transition.
Si cette position a été mal appréciée par certains, SBM reste persuadé que c’était les bonnes décisions à prendre pour permettre à ceux qui ont fait le coup d’État d’être dans le processus et afin qu’ils puissent se sentir en sécurité. C’est pourquoi, a-t-il insisté, le parti ASMA a estimé qu’il fallait leur réserver une place qui reflète l’importance de leur action.
Abordant la question de la formation du Conseil national de transition qui fait l’objet de vives polémiques, l’ancien Premier ministre est sans équivoque : son parti est pour sa mise en place en la forme.
« Des militants m’ont demandé s’ils peuvent déposer leur dossier pour siéger au CNT. Je leur ai répondu qu’ils peuvent le faire. Parce que nous avons inscrit notre action au soutien à la transition », a expliqué le Patron de l’ASMA CFP. Et qu’ils soient retenus ou pas ne changera en rien à l’engagement du parti à soutenir la transition, a précisé Soumeylou Boubèye MAIGA avant pointer le marché de dupes de certains : « Si on publiait la liste de tous ceux qui ont déposé leur candidature pour siéger au sein du CNT, les gens seraient surpris par le fossé entre les déclarations de certains et les actions qu’ils mènent ».
Aussi, contrairement à plusieurs partis et regroupements politiques, il affirme que la clé de répartition du CNT est inclusive et représentative. Selon lui, toutes les couches sont représentées et la société civile occupe près de 70% des sièges. En tous cas, estime-t-il, le contexte n’est pas approprié pour des contestations stériles. L’essentiel doit être de faire en sorte que la transition réussisse conformément à l’agenda qui a été arrêté. « Notre principale tâche est de sortir de la trahison et de se préparer pour les élections », a-t-il souligné. Telle doit être également, pour SBM, la mission de tous les partis politiques.
Il a aussi conseillé aux jeunes de son parti la vigilance pour ne pas servir l’intérêt de ceux dont les actions prônent la division. Parce que, malheureusement, déplore-t-il, « ceux qui doivent apaiser la situation sont devenus des catalyseurs ».
Sur les futures échéances électorales, il a exhorté à la poursuite de l’implantation du parti sur tout le territoire pendant la transition. Selon lui, il est difficile d’atteindre les objectifs alors que le parti est clairsemé, à travers le pays. « Nous devons tirer les leçons des législatives passées », a conseillé Soumeylou Boubèye MAIGA.

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *