Soumi : le grand naufrage

Alors que le Gouvernement fantasque Boubou CISSE prend péniblement ses marques, Soumi champion non-signataire de l’Accord de Gouvernance, dont ledit Gouvernement découle, continue encore à voir les étoiles, il semble même voir les étoiles en plein midi.

Mis sur la touche, en raison d’une boulimie incompressible, d’un ego surdimensionné, isolé dans son FSD, il divague, fait montre d’une incohérence et d’une inconséquence d’une rare affliction.

L’ancien Premier ministre, Président des FARE An Ka Wuli, Modibo SIDIBE, ne croyait pas certainement si bien dire en affirmant, sur le plateau de l’émission ‘’Politik’’ de Africable du 12 mai dernier : « l’Accord politique actuel est taillé sur mesure, il va servir à calmer, mais pas à soigner ni guérir ».

Mais, au plan individuel, l’Accord de gouvernance qui n’en finit pas de faire des vagues a fait des ravages et révélé bien des personnalités toxiques, c’est-à-dire égocentriques, envieuses, tordues, persifleuses.

Le Chef de file de l’Opposition qui, à un moment, a résisté à la forte tentation de prêcher pour sa chapelle, n’a finalement pas résisté au retour au galop du naturel. La preuve ?

Dans le cadre de la série de rencontres initiée par le nouveau ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Boubacar BAH dit Bill, en rencontrant l’Opposition, avant-hier lundi, Soumi champion lâche sans coup férir : « nous ne sommes pas avec vous dans ce Gouvernement. Nous avons trouvé que l’Accord politique n’était pas suffisamment étoffé. Il ne donne pas les garanties nécessaires pour nous. Pour nous, les garanties ne sont pas suffisantes pour que l’URD rentre dans ce Gouvernement. C’est ce qui justifie notre absence… »

Paradoxalement, c’est le même Soumi qui, dans une interview accordée au confrère RFI, après la formation du Gouvernement Boubou CISSE, à la question ‘’dimanche dernier, plusieurs de vos alliés du Front pour la sauvegarde de la démocratie, le FSD, sont entrés dans un nouveau gouvernement IBK, est-ce que ce n’est pas pour vous une trahison ?’’, répondait la main sur le cœur : « non, pas du tout. Je voudrais d’abord en profiter pour féliciter le nouveau gouvernement, je lui souhaite beaucoup de chance, beaucoup de réussite. Nous avons des amis qui sont au gouvernement qui restent des amis à moi, Tiébilé DRAME, Oumar DICKO. Ce n’est absolument pas une trahison. Nous avons mené beaucoup de choses ensemble, nous avons réussi de très bonnes choses. Aujourd’hui, je suis sûr que chacun d’eux va porter une expertise très utile au pays ».

Ainsi, Soumi champion plastronne sa non-appartenance au Gouvernement au même moment qu’il s’y reconnaît à travers ses amis ; un gouvernement auquel il souhaite d’ailleurs pleine réussite dans sa mission. C’est sidérant.

En pleine tourmente, le Chef de file de l’Opposition sur les antennes de RFI se met la corde au cou en osant affirmer : « cela dit, sur cet accord et sur l’appartenance au Gouvernement, nous avons pensé qu’il ne faut pas participer au gouvernement parce que, pour moi, j’ai pensé qu’il faut rester à l’opposition pour que nous ayons une posture de sentinelle. Il faut être sentinelle de la démocratie, je pense ».

Pourtant, Soumi justifiait ce lundi l’absence de l’URD au Gouvernement par le manque de garanties suffisantes.

Autrement dit, les garanties seraient suffisantes, s’il y avait une quinzaine de postes ministériels en plus de la Primature pour lui-même, conformément à ses prétentions rapportées par certaines sources. Comme ses amis Tiébilé DRAME et Oumar DICKO qu’il cite, il figurerait sur la longue liste des convives au banquet national.

En d’autres termes : ‘’l’instauration immédiate d’un dialogue politique inclusif’’ qu’il posait comme exigence, en ce début d’année, serait superfétatoire.

In fine, Soumi champion qui déclarait, lors de sa présentation de vœux à ses militants, le 12 janvier 2019 : « le droit à la vérité est inaliénable. Il faut que le régime dise la vérité, toute la vérité, simplement la vérité et rien que la vérité » aurait-il alors oublié que ce sacro-saint droit à la vérité n’est pas à géométrie variable ? Le peuple a droit à la vérité. Or, ce que le peuple voit là ne peut être qualifié autrement que d’enfumage. C’est l’illustration achevée d’un manque de crédibilité. N’est-ce pas trop facile de jeter la pierre aux autres ?

PAR BERTIN DAKOUO

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *