Soumaïla Cissé lors de la marche de l’opposition : «e le pouvoir doit faire énormément attention, sinon Dieu seul sait ce qui peut arriver…. »

Sur instigation de l’Opposition démocratique et républicaine, une grande marche a eu lieu ce samedi matin à Bamako. Des milliers de marcheurs se sont rassemblés tôt le matin à la place de la liberté (devant la Mairie du district) où ils ont trouvé un grand dispositif sécuritaire dans l’attente. La marche qui se voulait pacifique est partie de la place de la liberté au monument de l’indépendance en passant par Bamako-Coura. Munis de banderoles et de pancartes, les marcheurs scandaient des slogans du genre : « Mali, Mali, Mali.. » ; « ATT, ATT, ATT… » ; « la vie chère.. » etc.

honorable soumaila cisse depute assemblee nationale chef opposition urd foule discours

A la tête des marcheurs, il y avait les différents leaders de l’opposition : Soumaïla Cissé, Tiébilé Dramé, Daba Diawara, Djibril Tangara, Souleymane Koné, Seydou Diawara dit Martin, Oumar Hamadoun Dicko, Sadou H. Diallo etc. Il était 10 heures quand les marcheurs arrivaient à la place de l’Indépendance, armés de sueur, de slogans, mais le tout dans un élan pacifique. Dans leurs différentes interventions, les quelques intervenants ont tous décrié la situation actuelle du pays. Mamadou Hawa Gassama : « Même les morts disent que ça ne va pas aujourd’hui au Mali » ; Tiébilé Dramé : « C’est un fiasco de gouvernance, un fiasco démocratique. Le régime a une grave maladie : l’autisme » ; Soumaïla Cissé : « On ne peut pas ignorer cette démonstration de force du peule ; les Maliens souffrent de plusieurs maux ; le pouvoir doit faire énormément attention, sinon Dieu seul sait ce qui peut arriver… ».

 

Et puisque cette même opposition avait eu à exhiber un carton jaune au régime dans le temps, un second jaune lui a été encore montré aujourd’hui, ce qui équivaut à un carton rouge. « Carton rouge, carton rouge, carton rouge, carton rouge, carton rouge… », ont scandé le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, et ses nombreux inconditionnels.

 

Dans une déclaration commune, l’opposition fait part de 10 commandements au pouvoir : 1. des assises nationales pour la refondation de l’Etat ; 2. le retour du président ATT pour une vraie réconciliation nationale ; 3. la fin de la dilapidation des ressources publiques ; 4. l’emploi pour les jeunes ; 5. une meilleure dotation des FAMas pour la défense de l’intégrité du territoire et la sécurisation des personnes et de leurs biens ; 6. une gestion transparente des ressources allouées au FAMas ; 7. un allègement de la souffrance quotidienne des ménages ; 8. la fin de la gestion patrimoniale de l’Etat ; 9. une meilleure présence de l’Etat et de ses démembrements (éducation, santé, administration…) sur toute l’étendue du territoire national ; 10. le retour au dialogue pour contenir un malaise social grandissant.

Pour finir, il faut dire que cette marche a été pacifique, aucun heurt avec les forces de l’ordre, aucun dégât tout au long du trajet, le tout pour un seul objectif : le Mali. Et c’est certainement pour cet objectif que la marche a mobilisé au-delà des clivages socio-politiques.

 

A. Diakité

Source:autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *