Signature de la Convention de financement « Trois Frontières » La France s’engage à hauteur de 3 millions d’euros soit 1 milliard 655 millions FCFA

L’Ambassadeur de France au Mali, Joël Meyer, le Directeur de l’Agence Française de Développement au Mali (AFD), François Tirot et le Directeur Général de l’Agence Nationale d’Investissement des Collectivités Territoriales (ANICT), Modibo Cissé, ont signé, le mardi, 29 octobre, en présence du ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah, la convention de financement du projet « Trois Frontières». C’était dans la salle de conférence dudit département.

 

Financé par la France via l’AFD, et d’une durée de 3 ans (2020-2022), le projet « Trois Frontières» a pour objectif général, selon l’ambassadeur de France au Mali, Joël  Meyer : « de contribuer à la stabilisation de la zone du Liptako Gourma, espace transfrontalier entre le Mali, le Burkina et le Niger, en apportant un appui au développement socio-économique et en veillant au renforcement de la cohésion sociale entre les communautés de ladite zone ». Et d’ajouter que ce projet, financé par la France, à travers l’AFD, à hauteur de 3 millions d’euros, mettra l’accent sur le renforcement des filières agro-pastorales, à travers des appuis aux organisations de producteurs, et au financement d’infrastructures socio-économiques sélectionnées par les collectivités territoriales dans les cercles de Gao, d’Ansongo,  du Gourma- Rharous, de Douentza,  de Bankass et  deKoro. « Ces 3 millions d’euros seront ainsi gérés par l’ANICT, à travers son Fonds National d’appui aux Collectivités territoriales »,a précisé le diplomate.

En prenant la parole, le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Ba, a expliqué que le projet « Trois Frontières » sera mis en œuvre dans la zone frontalière du Burkina Faso, du Mali et du Niger, dite du Liptako Gourma, au regard des défis liés au contexte sécuritaire actuel : « Ce programme vise aussi à contribuer aux efforts des Etats pour la stabilisation, le développement et la paix des territoires transfrontaliers du Burkina Faso, du Mali et du Niger », a-t-il martelé.

Et de conclure, plus spécifiquement, le volet Développement du projet vise à appuyer le développement socio-économique et  à renforcer la cohésion sociale dans les territoires transfrontaliers des trois pays.

Daouda SANGARE

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *