Second tour des législatives à Gao : Le ministre Malick Alhousseini accusé de falsification de résultats

Manifestement, le ministre délégué chargé de la décentralisation, Malick Alhousseini Maïga, ne voulait que l’Alliance ADEMA/PASJ et ASMA/CFP gagne les législatives dans le cercle de Gao. Il est accusé, selon une un haut responsable de l’ADEMA, député de son état, de tentative de falsification des résultats du second tour des législatives. Il était, à en croire notre source, aidé dans cette sale besogne l’ancien directeur de campagne d’IBK, Abdoulaye Idrissa Maïga. 

Malick Alhousseïni ministre delegue aupres ministre administration territoriale charge decentralisaton biographie cv

 

Notre source est formelle : Malick Alhousseini et ses complices ont tout mis en œuvre, au nom du RPM, pour faire échouer l’alliance ADEMA/PASJ-ASMA/CFP, formée par Assarid Ag Imbarcawane, Abouzeïdi Ousmane Maïga et Arbonkana Boubeye Maïga. Malheureusement pour eux, leurs efforts ont été vains et ce trio a été proclamé vainqueur du scrutin au second tour, avec 55,90% pour l’alliance ADEMA/PASJ-ASMA/CFP contre 44,1% pour le RPM. Malgré tout, le ministre Malick a fabriqué des résultats qu’il a présenté à son homologue en charge d’organiser les élections, Moussa Sinko Coulibaly. Ce dernier les  a simplement ignorés  pour se référer aux résultats du préfet de Gao, lesquels ont été officiellement proclamés.

 

 

En effet, selon notre source, les résultats que Malick Alhouysseini et ses complices ont concoctés ne prennent pas en compte ceux des communes nomades. Il s’agit des communes de N’Tillit, de Tilemsi et  d’Anchawadj. Selon les résultats proposés par le ministre délégué en charge de la décentralisation, dans ces communes, aucune des deux listes en compétition n’a obtenu de voix. Si le ministre de l’administration territoriale avait tenu compte des résultats fabriqués, la liste RPM (le parti de Malick Alhousseini) gagnerait avec 22 774 voix contre 21 225 pour l’alliance ADEMA/PASJ-ASMA/CFP. Heureusement, Moussa  Sinko Coulibaly s’est assumé en rejetant les résultats de Malick Alhousseini Maïga.

 

 

Quel excès de zèle pour plaire au prince du jour! Cette attitude du ministre délégué et de ses complices est perçue par les populations des communes concernées comme une injustice, voire comme un mépris à leur endroit. Nous reviendrons sur les tentatives  de fraudes et de corruption révélées par le sous-préfet d’Anchawadj-Tilemsi, dans une correspondance adressée au préfet de Gao.

 

 

Youssouf Diallo

SOURCE: Les Echos du Parlement
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *