Second tour de la présidentielle : Les faiseurs de roi optent pour la neutralité

A la suite de la proclamation des résultats définitifs du premier tour de l’élection présidentielle par la Cour constitutionnelle, les deux finalistes au second tour se ruent vers les poids lourds pour une possible alliance. Malheureusement, ces faiseurs de rois ont opté pour la neutralité.

Le second tour de l’élection présidentielle mettra aux prises, le 12 août prochain, le président sortant, IBK, avec 41,70% et Soumaila Cissé  avec  17,78%.  Avant cette date cruciale, les deux candidats sont redescendus dans les rues pour conquérir le maximum des 8 millions d’électeurs.

Pour ce faire, l’apport de certains candidats perdants sera important. Il s’agit notamment de Alou Boubacar Diallo et Cheick Modibo Diarra qui ont eu des scores honorables. Ces faiseurs de roi étaient les plus convoités ces dernières heures par les directions de campagne des deux prétendants au second tour.

À la surprise générale, ces faiseurs de roi ont surpris tout le monde en optant pour la neutralité. En d’autres termes, ils ont décidé de ne pas donner de consignes de vote pour un candidat au second tour.

Dans une déclaration, Alou Diallo arrivé à la 3e place, a été sans ambages : « En ce qui concerne, le second tour qui se  profile, avant de me présenter devant vous, j’ai consulté un grand nombre d’acteurs qui m’ont accompagné tout le long de la campagne. Il ressort de l’analyse majoritaire que le scrutin du 29 Juillet constitue la pire atteinte à la démocratie que nous ayons connue. La démocratie malienne a pris un grand coup. Comme vous le savez, mon engagement politique s’est fait de manière sincère. Les piliers du Mali de demain que nous voulons bâtir ensemble doivent reposer sur la vérité. Il ressort que le scrutin du 29 juillet est émaillé de fraudes et d’irrégularités que nous avons contestées. Nous ne pouvons pas cautionner la continuité du mensonge, des irrégularités et de la fraude qui nous a empêchés d’arriver au second tour. Je suis arrivé à la conclusion, en concertation avec tous mes soutiens, que pour l’heure, je ne peux faire davantage que d’inviter les Maliens à penser au Mali et à leur avenir. Chacune et chacun d’entre vous sait en toute conscience quel est son devoir républicain. C’est donc aux Maliens que je laisse le soin de s’exprimer comme ils le souhaitent au second tour de l’élection présidentielle, prévu le Dimanche 12 août prochain».

Pour sa part, Cheick Modibo Diarra trouve que les deux candidats retenus pour le second tour n’incarnent pas l’alternance. « Ma conviction reste que ni l’un ni l’autre ne correspond à notre idéal de changement. Remplacez Ibrahim Boubacar Keita par Soumaila Cissé n’est pas l’alternance, n’est pas le changement pour nous, ce n’est ni plus ni moins qu’un simple jeu de chaises musicales. En conséquence, en ma qualité́ de porte étendard de la coalition CMD, j’ai procédé par anticipation à des consultations avec chaque entité de notre regroupement. A l’issue de ces consultations, nous disons que chaque entité de notre regroupement conserve son autonomie et est donc libre de son choix à ce deuxième tour», a-t-il annoncé.

Partant de ce constat, les deux postulats doivent compter sur leur propre force pour conquérir la magistrature suprême.

Y. Doumbia

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *