Scrutin du 29 juillet 2018 : vers la retraite politique de certains acteurs du 26 mars ?

Malgré que les résultats de la présidentielle du dimanche 29 juillet dernier ne soient pas encore tombés, les tendances de ci et là signent la mort politique de la plupart des acteurs du mouvement démocratique de 26 mars 1991.

Les électeurs maliens étaient aux urnes, le dimanche 29 juillet 2018, pour l’élection du Président de la République. Parmi les candidats en lice figurent majoritairement les acteurs du mouvement démocratique. Au nombre desquels, deux émergent à la présidentielle de cette année 2018 : Ibrahim Boubacar Kéïta et Soumaïla Cissé, deux challengers du second tour de 2013, qui semblent rééditer l’Histoire cette année.

Si la plupart des tendances au lendemain du premier tour de cette présidentielle donne une avancée large au Président sortant, Ibrahim Boubacar Kéïta, qui pourrait l’emporter par un «Takokélén», d’autres annoncent un second tour entre IBK et son jeune frère Cissé.

Mais, sur tout autre angle, la plupart du restant des acteurs du mouvement démocratique en cette compétition électorale se sont vus chasser au dernier rang. Me Mountaga Tall,  l’Honorable Oumar Mariko, Khalifa Sanogo, Dramane Dembélé, Modibo Koné, et tant d’autres. La liste s’allonge à Tiébilé Dramé et son acolyte de Djiguiba Kéïta dit PPR.

Scrutin du 29 juillet 2018 vers retraite politique certains acteurs 26 mars ?

‘’Parmi eux, le plus véreux est Tiébilé Dramé. Un Homme qui incarne la haine, de l’échec et ne cesse de faire la promotion du désordre social depuis plus de deux décennies. Un moribond politique qui tente sa dernière carte en voulant renaître. C’est contraire au sens étymologique du terme. Il a, dans les temps, tout gagné et tout perdu. Il veut tout simplement ruiner cette pluralité politique déjà fragile. Le bon entendement va prévaloir», a posté MBK sur son mur Facebook.

A moins que le ridicule ne les abime pas, ces Hommes politiques signent leur retraite politique de par leur défaite. Cela, sans autre alternative. Car «ils sont usés, médiocres, incapables voire nocifs pour la Démocratie. En un mot, ils n’incarnent pas l’alternance pour ne pas dire que le Peuple doute de leur sincérité», lit-on sur le mur d’un autre internaute.

DCA

Source : Le SOFT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *