Scène publique et politique : Revoilà Alpha Oumar Konaré

Longtemps perdu des écrans radars de la scène publique malienne, l’ancien président Alpha Oumar Konaré se prépare à y réapparaitre. En attendant, il envoie ses proches (sa fille, puis son épouse…) pour préparer le terrain. AOK, lui-même, selon nos sources, ne tardera plus à sortir de son silence de carpe, surtout face à la nouvelle donne politique.

ALPHA OUMAR KONARE ANCIEN PRESIDENT MALIEN

«Une chèvre acculée est capable de mordre », dit un adage africain. C’est ce qu’Alpha Oumar Konaré est en train de faire en ce moment. Il a gardé le silence de cimetière, pardon de carpe, depuis son départ de Koulouba et surtout de la Commission de l’Union africaine. Ni les scandales de gestions du président ATT, ni la crise multiforme (rebellions et coup d’Etat de 2012 qui ont failli emporter le Mali de la carte d’Afrique), ni l’arrivée au pouvoir d’IBK, ni les nombreux scandales de gestion du président IBK n’ont réveillé le 1er président de la 3è république du Mali.

Mais, visiblement l’ancien président ne peut plus face à la nouvelle donne où il est question, de plus en plus, de réécrire l’histoire du Mali, les auteurs du livre « Le Mali sous Moussa Traoré » sont passés par là.

Fin stratège et longtemps absent de la vie publique politique malienne, AOK, envoie ses proches parmi les plus proches pour tâter le terrain.

Ainsi, avant-hier, s’était sa fille, Mme Dramé Kadiatou Konaré dite Atou, qui était à la pyramide du souvenir pour lancer le livre la bataille du souvenir de l’ex-président Alpha Oumar Konaré ou «Devoir de mémoire ». Sous le couvert des éditions cauris livres, le 15 mai 2016, en présence d’une pléiade de témoins et de camarades de lutte de son père, Atou a bien représenté l’auteur (AOK).

Comme son père le ferait, Kadiatou Konaré a rendu un vibrant hommage aux militants de la démocratie au Mali et de l’unité africaine, qui était d’ailleurs l’objet dudit livre «Devoir de mémoire ». Avec les mots, il faut à l’endroit qu’il faut, Atou avait comblé l’attente des invités, qui avaient dans la gorge la pullule amer « Le Mali sous Moussa Traoré ».

Le devoir de mémoire est un devoir de génération. L’historien et ancien chef d’État  Alpha Oumar Konaré connait l’importance de la valeur du souvenir dans la société. C’est une bataille que doit mener chaque génération pour tirer les enseignements des anciens afin de mieux bâtir l’avenir. Il rendait ainsi hommages à quelques-uns, célèbres ou méconnus, qui ont contribué à rendre leur fierté  aux Africains en général et aux Maliens en particulier est à tous ceux qui se sont dévoués a l’Afrique, puisse leur exemple inspirer les héros de demain. Dans son témoignage, le professeur Issa N’Diaye a déclaré que est un devoir moral pour eux de rendre compte aux jeunes générations la période Modibo Keita (1960-1968) son assassinat, les fondements de la révolution populaire de 1991.

«Le président Alpha Oumar Konaré vient de donner le don. Il faudrait que cela continue », a suggéré le Pr N’ Diaye.

Hier, aux 25e anniversaires de l’Adema-Pasj, c’est l’épouse, l’ex-première dame, Adame Ba Konaré, qui se présente «J’ai décidé de venir à cette fête avec l’autorisation de mon mari». Cette phrase de la première 1ere dame de l’ère démocratique malienne dit tout. Adame Bah Konaré a transmis au peuple Adema les salutations fraternelles de son époux et assuré qu’il est de cœur avec tous les militants de l’Adema. À travers sa femme, AOK a exprimé son soutien au parti Adema.

En principe,Alpha Oumar Konaré lui-même n’est loin. Selon une confidence, AOK se prépare à faire une sortie publique. Après sa fille à la pyramide de souvenir, c’est son épouse qu’il envoie dans la salle Djelibaba Sissoko du Palais de la Culture Amadou Ampaté Ba, où tout était aux couleurs du Pasj (rouge et de blanc), ce mercredi 25 mai, pour annoncer sa prochaine venue dans la ruche. Bien que présidente d’honneur du parti de l’Abeille (Adema  Pasj), Adame Ba Konaré, elle qui s’était éloignée du parti.

Présente à l’anniversaire de l’Adema avec la bénédiction de son époux n’était anodin. Selon Adame Ba Konaré, Alpha Oumar Konaré, en mission de l’UA en Afrique du Sud, qui avait souhaité être parmi ses camarades politiques pour célébrer ce 25e anniversaire. Une autre présence importante, qui corrobore l’hypothèse d’un retour d’AOK est Mme Ly Madina Tall.

À cette tribune de la célébration du 25e anniversaire de l’Adema, Adame Ba a été la vedette et son intervention a été religieuse écoutée, en raison de la longue distance que son mari a prise vis-à-vis du parti.

Tout d’abord, elle a assuré, sous un tonnerre d’applaudissements, qu’elle était venue avec l’autorisation d’Alpha Oumar Konaré. Elle a aussi indiqué que celui-ci se trouvait en déplacement hors du pays et qu’il aurait bien voulu être parmi ses camarades. Le propos de l’ex-première dame a requinqué les Abeilles qui se sentaient abandonnées par la première Abeille qu’est Alpha premier président du Mali démocratique.

Selon l’historienne engagée pour l’Afrique, la célébration de ce 25e anniversaire le 25 mai, Journée de l’Afrique, n’est pas un hasard. Le parti de l’abeille a été créé dans la dynamique de l’intégration africaine, a-t-elle souligné.

L’émissaire d’AOK a félicité l’Adema pour le chemin parcouru depuis sa création jusqu’à 2016. Selon elle, le parti a été beaucoup trop modeste dans la communication sur ce qu’il a réalisé.

Le terrain semble désormais nettoyer pour un retour d’Alpha Oumar Konaré au-devant de la scène  publique et politique malienne. L’Adema l’unique parti démocratique malien (n’appartenant à personne contrairement autres partis qui s’identifient à leurs fondateurs), a besoin encore du charisme d’Alpha Oumar Konaré.

Hamidou Togo

Source: Le Hogon

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *