Sauvé par les autorités coutumières

La tradition à la malienne recèle encore des pouvoirs plus forts, et au dessus des institutions de la République et l’Etat. Le double sursis obtenu du président de la République et de la Plateforme « Antè A Banna-Touche pas ma Constitution », vient de le prouver.

rencontre chef coutumier notable quartier imam bamoussa toure griot

Avec la médiation des autorités coutumières, le Président IBK a accepté de surseoir à son projet de révision constitutionnelle, jusqu’à ce que le pays recouvre l’accalmie souhaitée ; et la Plateforme de son côté a reporté sa marche sur l’Assemblée nationale pour demander au président de l’institution parlementaire la mise en accusation du président de la République pour haute trahison.

ibk ibrahim boubacar keita president malien rencontre chef coutumier bamoussa toure notable quartier ba moctar kone griot recotrade imam

La Plateforme « Antè A Banna –Touche pas ma Constitution » avait lancé un ultimatum au 15 aout, exigeant le retrait du projet de révision constitutionnelle. Elle avait également prévue à la fin de son ultimatum, une marche qu’elle a finalement reporté.

En réaction à l’ultimatum lancé au président de la République par la Plateforme opposée à la révision constitutionnelle, les autorités coutumières, comprenant les familles fondatrices de Bamako, les 70 chefs de quartiers de Bamako, des organisations religieuses ont pris leur bâton de pèlerin, pour trouver un terrain d’entente entre les deux parties opposées. En les rencontrant, le Président IBK s’est dit favorable à l’apaisement et à la recherche du consensus, tout en leur demandant de persévérer dans la recherche d’un climat apaisé.

Il est aisé de comprendre que le Président IBK a accueilli comme une délivrance, cette médiation portée par les autorités coutumières, qui lui permet de sauver la face, devant une menace grave et imminente de détérioration du climat social. Grace à cette médiation, la Plateforme « Antè A Banna-Touche pas ma Constitution » a reporté sa manifestation prévue pour ce matin, une marche dont les issues étaient incertaines à cause d’un climat délétère entre le pouvoir et la plateforme de l’opposition. S’il faut compter sur des institutions informelles, pour à chaque fois maintenir l’Etat en l’état, il y a lieu de s’interroger sur la fiabilité de cet Etat.

Daou

Source: Le Républicain
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *