Sans Tabou: quand l’opposition se transforme en vautours

Selon un adage bambara « Celui qui a pour profession de ramasser des chapeaux suivra toute la journée celui dont le chapeau est penché ». Cet adage schématise les réactions de l’opposition politique malienne qui, à force de dénoncer, la gouvernance du régime, va jusqu’à souhaiter des attaques terroristes pour pouvoir constituer des arguments de campagne contre le régime du président IBK.

tiebile drame politicien president parena soumaila cisse depute assemblee nationale president urd modibo sidibe parti opposition conference

Certains responsables de l’opposition, comme des vautours ne cessent de roder sur les cadavres d’innocentes victimes des attaques terroristes. Ils n’hésitent pas d’étaler sur la place publique, à travers la presse nationale et internationale certains dossiers militaires sensibles. Toute chose qui n’honore ni une opposition qui se veut républicaine et sérieuse, encore moins le peuple du Mali tout entier en quête de paix et de stabilité. En effet, au lieu de mettre de côté les égos et créer une union sacrée autour des plus hautes autorités du pays qui font face, en ces moments, à de puissants et solidaires terroristes, l’opposition politique ne trouve pas mieux que d’indexer le régime, comme étant à l’origine de tous les maux de la République. Or, aujourd’hui, le terrorisme n’a pas de frontière et frappe partout à travers le monde, même les pays les plus puissants au monde n’y sont pas épargnés. Il s’agit d’un contre lequel, même les pays plus puissants n’ont pu trouver de solutions.
C’est d’ailleurs pourquoi en France, à chaque fois que le pays est la cible d’attaque terroriste, immédiatement, les partis politiques, toutes tendances confondues, mettent en veilleuse leurs divergences, le temps de repenser les plaies.
Aujourd’hui, face à la gravité de la situation que nous vivons, les accusations stériles de l’opposition dite républicaine et démocratique ne conduiront nulle part. La sagesse malienne voudrait bien qu’opposition, société civile et majorité fassent un front commun contre les auteurs de ces actes criminels, ennemis de la paix.
Le seul redoutable remède pour mettre hors d’état de nuire les terroristes et leurs complices, dans notre pays, reste la vigilance à tous les niveaux et la collaboration de tous les citoyens. Parce que pour prétendre gérer demain un pays, il faut d’abord le sauvegarder aujourd’hui. Une philosophie que notre opposition semble ignorer.
Le meilleur moyen de combler ‘’l’insuffisance d’équipements’’ de nos forces armées et de sécurité exhiber par l’opposition, les citoyens doivent former une « Union sacrée » autour de la patrie, sans considération politique, ethnique ou religieuse, pour faire face à la question du terrorisme, en passe de nous envahir. Cela s’appelle aussi devoir citoyen.
Aujourd’hui, plus que jamais, comme le disait l’ancien Président, Dioncounda TRAORE: « Chaque Malien doit désormais se considérer comme un soldat au front ». C’est-à-dire un intrépide combattant avec la hargne de vaincre, de mettre systématiquement en échec tous ceux-là dont le dessein ne consiste qu’en la détérioration de notre climat social. De ce fait, il faut une bonne dose de collaboration avec nos forces de sécurité en dénonçant le plus tôt possible tout cas suspect de nature terroriste.

Par Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *