Sans Tabou: drame de Nampala, quand le Pr Salikou se ridiculise !

Lundi dernier, le manque d’équipements adéquats pour nos hommes au front a été le plat de résistance entre les hommes de médias et les responsables de l’URD qui en ont fait leurs choux gras en vue de justifier l’attaque meurtrière que les soldats de l’armée malienne ont essuyée le 19 juillet dernier à Nampala. Le vice-président du parti, le Pr Salikou SANOGO, est allé jusqu’à demander des explications au président de la République sur le sous-équipement endémique de notre Armée.

salikou sanogo adema

Tentative maladroite de récupération politicienne ou tout simplement ignorance des règles de fonctionnement réalités de la grande muette ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette démarche de l’URD est d’ores et déjà vaine quand on sait les questions relatives à l’armée ne sont pas des sujets qu’on peut se permettre d’exposer sur la sur la place publique, au risque de s’exposer à de poursuite de haute trahison. Pour certaines informations sur des secrets de la grande muette, des démarches existent pour cela et l’URD le sait mieux que tous pour avoir occupé de hautes responsabilités à la tête de l’État. Aussi, sait-elle mieux que tous comment y arriver à cela, sans emprunter tambours et trompettes. À ce niveau, même le dernier des Maliens en sait de quoi il s’agit, sauf une opposition irresponsable qui ne se plaise dans la soustraction de documents confidentiels du pays au profit des partenaires. Car, un Mali aujourd’hui asphyxier, lui offrirait une chance d’être aux affaires demain. L’URD peut se tranquilliser, parce qu’aucune récupération politique n’est possible à niveau, secrète défense oblige. Ce qui est indignant, à ce niveau, c’est que ce soit un homme politique de la trame du Pr Salikou SANOGO, président de la commission d’organisation du forum sur l’éducation, non moins ancien ministre de la République qui se laisse prendre dans un piège aussi banal qu’un jeu enfantin.
Ce qui est indéniable, c’est que la volonté du renouveau de l’armée, à travers le recrutement, la formation et l’équipement des hommes n’a jamais été aussi manifeste, dans notre pays, depuis l’avènement de la démocratie, que sous le président IBK.
Le 21 juillet dernier encore, lors de la cérémonie d’hommages aux victimes de Nampala, bien avant cette sortie de l’URD, IBK a soutenu : « Jours et nuits, je remue terre et ciel à dire à nos amis que l’arme aérienne est nécessaire pour notre défense. Nous ne sommes pas fabricants d’armes. Nous avons besoin de solidarité vraie et non mégotée ». Mais, comme le dit, l’adage, « N’est pire aveugle que celui qui ne veut rien ».
De sa prise de fonction à jour, que de mesures et d’actes posés par le président IBK pour redorer le blason de notre outil de défense qui était en état de déconfiture. La Loi de programmation et d’orientation militaire votée par l’Assemblée nationale en dit long sur cette volonté politique manifeste du président IBK. Certes, nous n’avons pas encore une armée à la hauteur de nos défis, mais nous dévons reconnaitre que nous avons en 2016 une armée bien différente que celle qu’on avait en 2013.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *