SADI: ultimatum de 48h aux députés

Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) n’est pas consentant de la décision de ses députés de constituer le groupe parlementaire Benso avec l’honorable Aliou DIALLO, président d’honneur du parti ADP-Maliba et qui soutient l’action Gouvernementale. C’est ce qui ressort de la conférence de presse animée par les responsables du parti ce jeudi 28 mai 2020 au siège du parti à Djélibougou. Au cours de cette conférence de presse de clarification, la direction du parti a lancé un ultimatum de 48 heures à ses députés pour se conformer à la volonté du bureau politique au risque de se voir exclure de ladite formation politique.

 

Cette conférence de presse était animée par le président du parti, le Dr Oumar MARIKO, qui avait à ses côtés le secrétaire général du SADI, Mohamed Ag AKERATANE. 

C’est un ultimatum de 48 heures que vienne de donner la direction de Solidarité africaine pour développement et l’indépendance (SADI) à ses députés pour quitter la majorité parlementaire au risque de se voir exclu du parti. 

« Au bout de 48 heures, si les députés ne réagissent pas conformément à la volonté du parti, nous allons faire appel aux statuts et règlements intérieurs du parti qui prévoient des sanctions en la matière. Et les textes seront appliqués dans toute leur rigueur. Notre objectif est de faire en sorte que de tels comportements ne se répètent pas », a prévenu le Dr MARIKO. 

Dans la déclaration lue par le secrétaire général, Mohamed Ag AKERATANE, il ressort que la direction, les militants et sympathisants et ainsi que les forces populaires ont été surpris et stupéfiaient d’apprendre que les députés SADI ont rejoint un groupe parlementaire soutenant l’action gouvernementale.

Face à cette situation, le Parti demande instamment à ses députés d’assumer sans délai les positions d’une opposition parlementaire démocratique et progressiste et de s’éloigner des groupes parlementaires soutenant un régime violent, incompétent corrompu et faisant la promotion de la fraude et des élections truquées.

Selon lui, à l’issue des élections législatives de 2020 qui ont permis au parti SADI d’obtenir 3 députés, le Bureau politique a constamment maintenu la démarche participative et démocratique partagée au sein de toutes les instances du Parti en vue de déterminer la position du parti à l’hémicycle.

C’est ainsi que les projets de document proposés par le groupe dit Benso ont été étudiés et le Bureau politique a apporté ses amendements pour le rendre conforme à sa vision politique et aux recommandations du 5e Congrès qui engageait le Parti dans l’Opposition. 

Mais, sans avoir réagi à la contre-proposition du Bureau politique, les députés ont rejoint l’hémicycle après la fête de l’Aïd-El-Fitr. 

Et quelle n’a été la surprise et la stupeur des militants sympathisants du parti d’apprendre que les députés SADI ont rejoint le groupe parlementaire soutenant l’action gouvernementale.

Face à cette situation, le Bureau politique a convoqué une réunion extraordinaire élargie aux députés et aux responsables des Coordinations de Koutiala et de Niono à son siège à Bamako, le 27 mai 2020. 

Cette réunion avait pour objectif de clarifier ce choix unilatéral et d’en tirer les conséquences politiques qui afin de permettre au parti de préserver son orientation politique qui renforce les forces de gauche et les forces engagées pour le changement démocratique et populaire auquel le Peuple malien aspire. 

Au terme de cette rencontre, les participants ont estimé que l’acte posé par les élus SADI de rejoindre le groupe parlementaire Benso était une violation des résolutions du congrès, des directives du Bureau politique ainsi que les procédures de concertation mises en place dans l’appréciation et l’analyse de la situation politique nationale et internationale.

En conclusion, le Bureau politique demande instamment aux élus de se retirer du groupe parlementaire Benso afin de se conformer à la volonté démocratique et souveraine du Parti et d’agir dans le sens de la préservation des intérêts de notre peuple fortement menacé par le régime d’Ibrahim Boubacar KEITA et de ses alliés.

Pour rappel, conformément aux résolutions du 5e Congrès ordinaire du Parti, tenu à Koutiala, les 23 et 24 mars 2019, le parti a décidé d’inscrire résolument sa lutte dans l’opposition au régime d’Ibrahim Boubacar KEITA. 

Au parti SADI, a fait savoir le Dr Oumar MARIKO, la constitution d’un groupe parlementaire ne se fait pas à la volonté stricte d’un député. « Personne ne va nous distraire, le combat que nous avons à mener est semé d’embuches », s’est-il insurgé. Pour lui, la pratique est connue au SADI, à savoir : construire un parti du peuple, avec une philosophie ; et ensuite, aller à la conquête du pouvoir. 

 « J’affirme, au nom du congrès du parti du bureau politique, des sections de Koutiala et de Nioro que le parti SADI n’est pas partie prenante du groupe parlementaire Benso », a-t-il tranché.

Par Abdoulaye OUATTARA

INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *