REVISION ANNUELLE DES LISTES ELECTORALES: Les partis politiques presque absents du processus

La Mission d’Observation Electorale du Pool d’Observation Citoyenne du Mali (MOE POCIM) a déployé ses Observateurs à Long Terme (OLT), pour suivre les opérations de révision annuelle des listes électorales prévues du 1er au 31 décembre 2019. La MOE POCIM a constaté une participation timide des partis politiques dans l’animation des Commissions administratives.

 

Lors de cette visite des opérations de révision annuelle des listes électorales, la MOE POCIM a noté que l’affluence était timide un peu partout, sur l’étendue du territoire national tout comme le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation. Les commissions administratives pointent un doigt sur le Gouvernement et les partis politiques qui n’ont pas mené, à souhait, leurs devoirs d’information et de sensibilisation des citoyennes et des citoyens sur l’importance de la révision des listes électorales, rapporte les observateurs de la POCIM. Ils ont apprécié le processus à Sikasso avec un record constaté de l’inscription des nouveaux majeurs qui est de 1.624 dont 1.101 hommes et 523 femmes, dans la commune urbaine de Sikasso.

Dans la majorité des cas, les commissions administratives ont travaillé sur les listes électorales sans pouvoir incorporer les nouveaux majeurs détenteurs de récépissés en l’absence de leurs photographies. Contrairement aux régions du sud, les activités ont démarré tard dans les régions du Nord.  À Ansongo, la révision des listes a commencé le 25 octobre. Ménaka, les travaux ont commencé le 21 octobre. Les autres cercles de cette région ont commencé le 23 octobre, à cause du retard dans l’acheminement des documents au niveau de toute la région.

À Taoudénit, les différentes commissions ont été mises en place depuis le 1er octobre, mais les travaux n’ont pas encore commencé à cause du retard dans l’acheminement des documents, et à Kidal, les travaux ont démarré conformément au calendrier prévu, mais ils ont été suspendus deux fois de suite à cause de la tenue des différentes phases du dialogue national inclusif et du congrès du HCUA.

Absentéisme des partis politiques 

La MOE POCIM a constaté une participation timide des partis politiques dans l’animation des Commissions administratives, avec un minimum de 2 partis et un maximum de 10 partis par commission dans chaque localité.

Sur plus de 200 partis politiques présents au Mali, la MOE POCIM a constaté la présence d’une trentaine comme : RpDM, Adema-PASJ, PRVM Fasoko, Parena, URD, UDD, Fare AN KA WILI, CODEM, MPR, UM RDA, CNID, Yelema, ADP Maliba, MPM, PDES, RPM, APR, ASMA, CNAS, SADI, RDS, PDES, UDD, PSP, CDS, CODEM et APM-Maliko.

Les insuffisances

La MOE POCIM a constaté la tenue timide du registre des décès pour procéder aux radiations. Dans la plupart des localités, les membres des commissions administratives se réfèrent aux images figurant sur les listes électorales pour radier les personnes décédées dont ils ont connaissance.

Ainsi, À Kolokani, Il y’a un problème de radiation car chaque année ce sont les mêmes têtes qui reviennent dans le même tableau de radiation. Cela est dû au non-traitement des radiations. Les réclamations ne sont pas traitées à souhait. À Kolondiéba, le nombre de radiés est de 1.180 ;  Yorosso, la radiation concerne 765 personnes dont 487 hommes et 278 femmes ; Gourma Rharous, ce sont les parents qui informent la commission du décès de leurs proches figurant sur la liste biométrique. Ensuite la commission procède à leur radiation, et à Ménaka, les membres de la commission se réfèrent aux images pour radier les personnes décédées, rapporte le rapport du Pocim.

La MOE POCIM, au vu du déroulement mitigé des opérations de révision des listes électorales sur l’étendue du territoire dont la phase essentielle concerne le mois d’octobre, suggère au Gouvernement et aux Partis politiques d’explorer des alternatives crédibles pour la tenue d’un fichier électoral fiable en République du Mali. Elle encourage toutes les parties prenantes à poursuivre le dialogue, en vue d’aboutir à des réformes conséquentes pour plus de transparence et d’inclusivité lors des échéances électorales à venir.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *