Reprise des manifestations du M5-RFP au Mali: Les Maliens expriment leur inquiétude

Après la trêve observée à l’occasion de la fête de Tabaski, le M5-RFP a renoué avec les rassemblements populaires. Mardi à la place de l’Indépendance, les dirigeants du Mouvement ont invité leurs militants à poursuivre les opérations de désobéissance civile jusqu’à l’atteinte de leur objectif. Toute chose qui n’est pas sans conséquence sur le quotidien de pauvres citoyens qui doivent travailler tous les jours pour espérer faire bouillir la marmite familiale.

 

C’est ce que révèlent, en tout cas, des jeunes journaliers et commerçants que nous avons rencontrés. Le quadragénaire Adama Traoré se lève tous les jours à 7h du matin pour se rendre à son lieu de travail. Interrogé, le journalier se lamente : «Je suis père de deux enfants. Pendant tout le temps de la désobéissance civile, je n’ai pas eu un seul travail». Il espère la fin des manifestations pour pouvoir trouver des marchés afin de subvenir aux besoins de sa famille. Non loin de lui, un véhicule 4X4 s’immobilise. Son conducteur échange avec un jeune vêtu d’un jean déchiré et d’un t-shirt de couleur blanc-sale. Il conclut un contrat sommaire avec le jeune journalier. Visiblement joyeux, Sidiki Dembélé est content d’avoir ce travail d’une demi-journée. «Je m’assoie ici pratiquement tous les jours sans être sollicité par un éventuel client. Je pense que tout cela est dû au fait que l’argent a cessé de circuler dans le pays. Tout est pratiquement à l’arrêt», déplore-t-il.

Rencontré au marché de Baco djicoroni ACI, Fousseyni Touré gère une boutique. Ce diplômé de la Faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université de Bamako pense, lui aussi, que le pays traverse une crise très profonde. «Les jeunes chôment. L’avenir des enfants est en jeu, car ils ne vont plus à l’école. Les gens n’ont plus d’argent», déplore-t-il, l’air désespéré. Commerçant au Grand marché de Bamako, Demba Diallo estime que ces manifestations dans le pays n’ont pas lieu d’être. «La situation économique conjoncturelle à laquelle nous faisons face doit interpeller tout le monde», dit le négociant, ajoutant que ces rassemblements constituent un frein à l’essor de l’économie nationale. Par exemple, les clients craignent de venir au marché à cause de la désobéissance civile de M5.

Souleymane Diarra, vendeur de téléphones portables et accessoires, abonde dans le même sens. Les récentes manifestations ont, selon lui, eu un effet négatif réel sur son activité. «Durant toute la période, je n’ai aucun client. En temps normal, ils se bousculent dans les allées de mon magasin», confie le marchand, tout en demandant au M5-RFP de surseoir aux manifestations.

Abdoul Karim COULIBALY

Source : L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *