Rentrée politique du RpDM : Cheick Modibo Diarra entretient le flou sur sa probable candidature en 2018

La rentrée  politique du Rassemblement pour le Développement du Mali (RpDM) s’est tenue le samedi 21 octobre dernier dans la salle Bakaïna de Sogoniko en commune VI. C’était sous la présidence du président du  parti Dr  Cheick Modibo Diarra en présence de la présidente de la section RpDM de la commune VI, Mme Coulibaly Maïmouna Kanté et de la nouvelle adhérente, l’ex-députée de la commune VI Mme CamaraSaoudatou Dembélé et des délégués des régions et des autres communes du District de Bamako.

Pour cette rentrée politique, la salle Bakaïna de Sogoniko a refusé du monde. Les militants du RpDM sont venus de toutes les communes du District de Bamako et des différentes régions du Mali.

cheick modibo diarra rpdm

Dans son intervention, la présidente de la section RpDM de la commune VI, Mme Coulibaly Maïmouna Kanté s’est réjouie de la tenue d’un tel évènement dans sa commune.

« Nous faisons confiance à Cheick Modibo Diarra car durant ses 9 mois de gouvernance du pays, nous les femmes, nous avons connu un grand changement. Nous avons la ferme conviction que ce parti sera un des plus grand partis du Mali », a-t-elle déclaré.

A sa suite, Mme Camara Saoudatou Dembélé qui a claqué la porte au Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) il y’a quelques mois pour rejoindre le RpDM a vanté les qualités de Dr Cheick Modibo Diarra.

« Monsieur le président Cheick Modibo Diarra, votre nom aujourd’hui dans ce Mali en quête de repères est synonyme d’assurance, de confiance, d’espérance, de foi en un avenir radieux. Au lieu d’une vie individuelle tranquille et sans souci, vous avez préféré vous mettre au service de la patrie pour construire un État respecté où règnent la paix et la sécurité. Cette voie est semée de coups bas, d’entraves de toutes sortes et pourtant vous l’avez empruntée sans hésiter et sans calcul », a expliqué Mme Camara Saoudatou Dembélé.  Qui ajoute plus loin : « comment ne pas alors suivre  celui qui propose de faire du Mali un pays démocratique qui offre une égalité de chance à tous ses enfants, un pays qui s’assure de l’exercice plein et entier des libertés individuelles et collectives, un pays qui rassemble toutes ses forces vives pour un développement harmonieux et équilibré ».

Pour elle, c’est avec fierté qu’ils rejoignent les rangs du Rassemblement pour le Développement du Mali (RpDM) dont la devise est travail, probité, dignité. Elle a promis d’œuvrer à l’implantation du RpDM partout à travers le pays. Avant d’appeler les populations qui sont découragées de la chose politique à faire confiance à Dr Cheick Modibo Diarra qui ambitionne  d’instaurer de nouvelles méthodes de gouvernance basées sur le ‘’dire vrai’’ et le fait de compter sur ses propres forces.

Pour sa part, Cheick Modibo Diarra a précisé que  le RpDM veut un Mali nouveau où il y’aura l’égalité de chances entre les citoyens, l’autosuffisance alimentaire, l’accès à la santé, la création  d’emplois décents, l’adhésion à des valeurs qui nous sont propres, le  récompense du mérite. Mais aussi un sens aigu de l’amour de la patrie, le respect des institutions qui préservent la jouissance des libertés fondamentales et le sens de la solidarité intergénérationnelle.

Selon lui, dans leur  projet de société, ils ont  cinq (5) volets économiques piliers qui sont l’agriculture, l’éducation et la formation professionnelle, l’accès à la santé, la réforme de l’administration et les infrastructures.

«  J’évite de faire les critiques  sur la gouvernance actuelle car nous sommes dans un pays qui est très compliqué et moi j’en sais quelque chose, car j’ai hérité de ce pays-là, de sa gouvernance en tant que Premier ministre pleins pouvoirs. Je pense qu’il faut faire la part des choses. Je ne peux que donner à nos dirigeants mon point de vue, mes idées, les encourager à aller dans une voie plutôt qu’une autre, de façon à sortir ce pays de son marasme  économique et mental et plutôt que de nous donner en spectacle au reste du monde. Nous nous voulons faire la politique autrement», a-t-il laissé entendre. Avant de souligner qu’ils vont avoir leur congrès d’ici le mois de janvier. Et c’est lors de ce congrès que le parti va décider du candidat qu’il choisira car au RpDM, tout le monde est écouté et le choix du candidat n’est pas imposé.

Pour lui, le candidat du parti  en 2018 demeure un mystère. « Nos populations sont divisées en tout-petits morceaux, il va falloir rassembler ces morceaux-là et montrer aux gens que nous n’avons aucune raison de nous haïr. Avoir des opinions politiques différentes veut dire que nous sommes des adversaires politiques en termes d’idées et de méthodes pour arriver au même but de faire rayonner le même Mali. Et cela ne veut pas dire que nous sommes des ennemis, car nous sommes les enfants de ce pays….. », a-t-il ajouté. Avant de demander aux Maliens d’arrêter de se couper en petits morceaux pour des raisons politiques.

A noter que cette rentrée politique a été marquée par l’adhésion officielle de Mme Camara Saoudatou Dembélé et de ses sympathisants au RpDM après avoir claqué la porte au Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) en fin juillet dernier.

AouaTraoré

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *