Rentrée politique de la section RPM Bougouni : Zoumana D’tji Doumbia et 20 conseillers signent leur adhésion

Leur adhésion au RPM a été officialisée, hier dimanche 28 juillet 2019, dans la salle Siraba Togola de Bougouni, à la faveur de la rentrée politique du RPM de la dite contrée, sous la présidence du 3e vice-président du BPN-RPM, le ministre Ousmane Koné. Pour la circonstance, la cérémonie a drainé massivement dans les rangs des personnalités les plus influentes du parti présidentiel. On y dénombre le secrétaire général de la section RPM de Yorosso non moins président de la fédération RPM de la 3e région, l’ancien ministre Nango Dembélé, le secrétaire à l’organisation du BPN-RPM, honorable Mamadou Diarrassouba et les présidents des jeunes et femmes Tisserands respectivement, Moussa Timbiné et Mme Djiré Djénébé Diarra. Le conclave a mobilisé également parmi les députés RPM, les conseillers nationaux, les secrétaires généraux de structure RPM de la région de Sikasso, les militants et sympathisants du parti présidentiel à Bougouni.

La cérémonie a débuté par l’hymne du parti, suivi d’une série d’interventions dont le ton a été donné par l’honorable Zoumana D’tji Doumbia. Motivant leur adhésion au RPM l’honorable Zoumana N’Tji a expliqué que «le RPM n’appartient pas à un homme et toutes les opinions y sont débattues. «J’ai adhéré ce parti avec un objectif : faire de lui la première force politique du cercle».

Il sera suivi du secrétaire général de la section RPM de Bougouni, Bassy Coulibaly, qui, en accueillant les nouveaux adhérents, a engagé sa section de réserver à Zoumana N’Tji et sa suite un traitement digne et équitable. « Il n’y a ni premier ni dernier militants au RPM, seules valent les valeurs», a-t-il martelé.

Quant au président de la fédération RPM de Sikasso, Nango  Dembélé, il s’est particulièrement réjoui d’accueillir de compter dans ses rangs un député responsable de la Commission Lois qui aura été de tous les combats entre majorité et opposition. Sa maîtrise des dossiers et son engagement lui ont valu, en son temps, tant de superlatifs sans pour autant le contraindre à baisser les bras, a commenté  le président de la Fédération RPM en 3 eme région.

L’ex-ministre a en profité pour appeler les militants Rpm à la mobilisation afin d’assurer un succès certain au deuxième mandat du Président IBK. Aux yeux de Nango Dembelé, en effet, la survie du RPM de même que ses résultats aux joutes électorales à venir dépendent de l’accompagnement qu’il assure à «l’action Gouvernementale»

Quant à l’honorable Mamadou Diarrassouba, il a soutenu que le RPM et la CDS, parti d’origine de Zoumana N’Tji, n’arrêteront pas de cheminer dans la même direction pour la défection d’un député. Et pour cause, ajoute-t-il, le président du CDS, Blaise Sangaré est conseiller spécial du président IBK et son parti demeure membre de la mouvance présidentielle. Pas de rivalité entre les deux entités politiques, a défendu le questeur de l’hémicycle en prédisant la disparition inévitable de toutes les maillons faibles de la scène politique d’ici à 2023. Et d’inviter les militants à la cohésion en vue d’engranger plus de conseillers, plus en de maires et de députes à l’issue des échéances à venir. Dans la foulée, il a invité les militants à se préparer pour le 5e congrès annoncé pour la fin de l’année et qui est une occasion pour eux de mettre en place une nouvelle machine dirigeante pour mieux accompagner le second mandat d’IBK et préparer sa succession en 2023.

L’autre temps fort de la rentrée politique  aura été les témoignages des partis de la majorité présidentielle et de l’opposition à savoir l’URD. La CDS Mogotiguiya, l’APR, la CODEM, le FARE et l’UM-RDA, entre autres. Leurs représentants ont tour à tour exprimé leurs sentiments amicaux avant de souhaiter des assises apaisées aux Tisserands.

Amidou Keita

Source: Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *