Renouvellement du Bureau de l’AN: Le député Bafotigui Diallo met son pied dans le plat

Le nouveau groupe parlementaire proposé par le député Bafotigui Diallo de la Commune VI qui a surpris ses collègues du RPM et des autres formations politiques entraina la suspension de la séance toute la journée d’hier.

honorable Bafotigui Diallo depute assemblee nationale rpm

La session ordinaire d’octobre 2015 de la 5ème législature de l’Assemblée Nationale du Mali, ouverte le lundi 5 octobre, se poursuit à l’hémicycle de Bagadadji. Après un premier report le jeudi 29 Octobre dernier, la séance plénière du lundi 02 Novembre 2015, avait inscrit à son ordre du jour pour la deuxième fois, le renouvellement du bureau et des Commissions ainsi que des Communications. Les députés ont été informés du contenu de l’arrêt conforme à la constitution de la Cour Constitutionnelle à propos du nouveau règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, adopté le 15 Octobre dernier. Au moment où les élus de Bagadadji s’apprêtent à mettre le nouveau bureau en place, un autre imprévu s’invite dans les débats. Le député Bafotigui Diallo, élu du RPM en commune VI du District de Bamako, demanda et obtint la parole. C’était pour informer la plénière de la création d’un nouveau groupe parlementaire RPM.  Cette information qui a surpris plus d’un a créée un silence mortuaire dans la salle. Le président du groupe parlementaire RPM, l’honorable Seydou Dembelé, élu à Ségou, à la suite de Bafotigui Diallo demanda aussitôt la suspension de la séance pour 01 heure (12 heures-13 heures) afin d’apporter une réponse adéquate à la nouvelle situation créée par Bafotigui Diallo et son nouveau groupe, qui saute à priori comme une excroissance de la majorité RPM. Mais, en est-elle ? La journée d’aujourd’hui édifiera plus. Toutefois, l’information qui jaillit comme un cheveu dans la soupe a obligé le ministre secrétaire général du parti, Dr Bocary Téréta a effectuer le déplacement à l’AN, où il est resté jusque tard.

Dans les coulisses, d’aucuns disaient que cette initiative est une réplique à l’exigence de l’ADEMA-PASJ, qui ferait de la question de la première vice-présidence de l’hémicycle une condition sine qua non de son maintien dans la majorité présidentielle. Selon nos sources, les abeilles menaceraient de virer dans l’opposition si leurs doléances n’étaient pas satisfaites, tout en précisant que ce ne serait pas pour suivre celle dirigée par Soumaïla Cissé de l’URD. Iront-ils au bout de leur menace ? Attendons de voir. Mais, dans tous les cas, qu’ils acceptent ou pas, les places qui leur avaient été destinés dans la configuration du nouveau bureau, les tisserands semblent préparés à toutes les éventualités. C’est pourquoi, ils ont constitué le deuxième groupe parlementaire pour garder toujours leur  position de leadership incontestable sur l’échiquier politique. Car, avec les deux groupes parlementaires, ils occupent désormais la 1ère et la 2ème marche (force politique) au sein de l’hémicycle. Dès lors, la question des postes ne se pose plus. Les deux groupes parlementaires RPM attribueront à leurs alliés les postes qui leur conviennent. A prendre ou à laisser. Le jeu leur sera favorable. Seule la pratique permettra d’évaluer la stratégie. Toutefois, les dés sont jetés pour l’ADEMA-PASJ, fût-elle poids lourd sur l’échiquier politique national. Les postes taillés sur mesure seraient donc à prendre ou à laisser.

Et, jusqu’à notre mise sous presse, les conciliabules étaient en cours dans les coulisses. Les travaux n’avaient pas repris. Blocage ou redistribution des cartes ? Rien n’est moins sûr. Mais, des interrogations les plus persistantes circulaient dans les couloirs de l’AN. On s’interrogeait sur la pertinence d’un nouveau groupe parlementaire au sien du RPM.

Le ministre secrétaire général du RPM débarque à l’AN

Le puissant ministre du Développement Rural, Dr. Bocary TRETA, est également le secrétaire général du parti au pouvoir, le Rassemblement Pour le Mali (RPM). Avec ses 76 députés, le RPM détient la majorité à l’Assemblée Nationale. Puisque la démocratie est la loi ou la dictature de la majorité, le RPM seul peut former le bureau de l’Assemblée Nationale. Mais, d’autres sources susurraient une scission au sein du parti majoritaire. Selon nos sources, Bafotigui Diallo serait à la tête d’un groupe de frondeurs, qui serait opposé à la façon de faire de leur parti. Aussi, il préférerait s’affranchir du RPM pour créer un nouveau groupe parlementaire d’une vingtaine de députés. Vont-ils démissionner de toutes les structures du RPM ? Rien n’est encore clair au stade actuel de nos informations. Mais, si tel est le cas, les tisserands perdraient leur majorité absolue avec 56 députés au sein de son groupe parlementaire. L’urgence recommandait le débarquement de Bocary Treta à l’Assemblée Nationale. Va-t-il réussir à débloquer la situation ? Attendons de voir les choses. Dans tous les cas, le RPM gardera toujours la main.

Faut-il redistribuer les cartes ?

Dans ce cas, il va falloir redistribuer les cartes, car les forces politiques en présence au sein du parlement vont changer. Le Rpm restera toujours le parti majoritaire dominant, suivi de ses alliés de l’APM (Alliance Pour le Mali) composée du MIRIA, de l’ADP-Maliba, du parti Yèlèma, de l’UM-RDA-Faso jigui, de la Codem entre autres.  Avec 21 députés, le groupe parlementaire de l’opposition, Vigilance Républicaine Démocratique (VRD), est la troisième force parlementaire, suivie du groupe ADEMA-ASMA : une vingtaine d’élus, tout comme le nouveau groupe en gestation à partir du Rpm.

Il faut rappeler que le bureau qui doit être renouvelé a été mis en place le 30 0ctobre 2014. Il compte un président, l’honorable Issaka Sidibé, élu pour 5 ans la durée d’une législature, dix (10) vice-présidents, dix (10) secrétaires parlementaires et à côté dix (10) commissions. Dans le bureau soumis au renouvellement, le RPM a 5/10 des vice-présidents et la 1èrequesture ainsi que  5 secrétaires parlementaires sur dix (5/1O).

Les alliés du RPM : APM (Alliance Pour le Mali), occupe la 3ème vice-présidents/10,la 2ème questure avec 1 secrétaire parlementaire.

Quand à l’ADEMA, un autre allié du Rpm, il détient la 4ème vice-présidence, le poste de 3ème secrétaire parlementaire et de 10ème secrétaire parlementaire, soit au total trois postes au sein du bureau.

Le groupe parlementaire de l’opposition, Vigilance Républicaine Démocratique (VRD) occupe la 3ème vice-présidence et les postes de 2ème et 9ème secrétaire parlementaire.

Vers un nouveau blocage ?

Avec la création d’un nouveau groupe parlementaire d’une vingtaine de députés, en gestation à partir du Rpm, cette configuration ne va-t-elle pas changer ? Sans compter que l’Adéma s’est renforcée avec la venue en son sein des 5 (cinq) députés de l’Asma-CFP de Soumeylou Boubèye Maïga.

Visiblement, la création annoncée par Bafotigui Diallo d’un nouveau groupe parlementaire d’une vingtaine de députés Rpm, n’a pas arrangé la situation. Au contraire, elle créa une situation de blocage favorable à la majorité, qui lui permettra toujours de négocier en position de force. C’est ainsi que la séance plénière d’hier lundi 2 Novembre 2015 s’est achevée.

 

Daba Balla KEITA

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *