Rencontre entre IBK et ATT à Dakar : attention à l’arnaque de la réconciliation

Accord de paix, 100 milles emplois crées et réconciliation nationale sont les expressions qui vont de pair avec la gouvernance IBK.   Les priorités de campagne ne sont plus celles du début de mandat. Les engagements de début de mandat sont piétinés au point de dérouter les soutiens les plus fanatiques.

amadou toumani toure att ibrahim boubacar keita ibk

Pour faire court et ne pas gaspiller le temps de ceux qui liront cet article, le président IBK n’a réalisé aucun engagement de campagne. Il n’a pas non plus réussi à mettre en œuvre  ses promesses depuis qu’il est président. Son accord de paix fut une montagne qui a accouché d’une souris, son application appartient plus aux magiciens qu’aux cartésiens. Il a réussi à valoriser une opposition politique qui pourtant fait le minimum syndicale.  De plus en plus de maliens osent franchir le pas  pour exprimer la déception. Aucun chantier prévu par les maliens n’a donné satisfaction. En résumé, il n’y a rien dans la gestion du président qui puisse faire l’unanimité.

Pour combler le vide, le président s’est érigé en organisateur de concert avec une entreprise familiale de l’évènementiel. A coût de millions de franc CFA, il réunit régulièrement des maliens qui n’ont rien à se reprocher pour parler de réconciliation nationale. Nous avons par exemple assisté à un folklore magistral au CICB réunissant les amis des trois derniers présidents Alpha Omar Konaré, ATT et IBK. Concrètement comment fait-on pour identifier ces personnes dans un cheminement de construction d’une unité nationale? Certes   l’application de l’encombrant accord de paix nécessite le retour de la paix elle-même mais le préalable à cet ensemble est la sécurité or le président est peu préoccupé par cet aspect.

S’il existe un domaine dans lequel le président excelle, c’est bien le fait de déplacer le curseur de temps en temps. En effet, il s’est rendu compte que son projet populiste de juger l’ex président ATT pour haute trahison est impopulaire malgré le fait qu’il bénéficie de la majorité absolue de l’assemblée nationale avec lui. Il s’est fait le plaisir d’inaugurer les réalisations dont les  projets ont été initiés par l’ex président. Il n’a toujours pas fait le procès du général Amadou Sanogo. Il n’a pas rendu Kidal à l’administration malienne. Plus les jours passent, moins il se fait respecter par la CMA. Le dernier exemple en date est l’organisation d’un forum à Kidal pour lequel 400 millions de Franc du contribuable sont allés enrichir ceux qui ont égorgé les soldats maliens de sang-froid.  Le président IBK est perdu dans le brouhaha des cris de détresse des maliens.

Maîtrisant à la perfection l’art du déplacement du curseur là où il en faut moins,  le président s’est donné pour mission d’aller se réconcilier avec son prédécesseur ATT qu’il voulait voir en prison il y a peu de temps. Il faut croire que se réconcilier avec une qui est accusée de haute trahison et d’avoir offert le Mali aux terroristes va résoudre les problèmes du Mali. En dehors de gagner du temps et de plonger les maliens dans l’émotion avec quelques larmes du chef de file des émotifs compulsifs, c’est un non évènement que de mettre en scène un rapprochement entre ces deux présidents. Si IBK a des problèmes personnels avec ATT, il doit éviter de le mettre sur la place publique. Si ATT doit être traduit en justice, il faut utiliser les voies juridiques qui garantissent ses droits. Si un dossier en cours doit être clos, il faut employer la voie adéquate et non organiser un marketing politique dans le but de draguer les personnes qui portent ATT dans leurs cœurs.

Cette manière systématique de fuir ses responsabilités en se cachant indéfiniment dans l’émotion est une arnaque  doublée d’une escroquerie politique. Se réconcilier avec ATT ne créera pas d’emplois or le président s’est engagé à en créer 200 milles. Cette réconciliation n’améliorera pas non plus le niveau d’équipements et les conditions des soldats encore moins le panier de la ménagère ni la distribution d’électricité et d’eau. L’émotion étant la chose la mieux partagée au Mali, le projet improductif a de beaux jours devant lui.

Source : rpmedias

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *