Relecture des textes : Le M5 pique une colère noire

Le M5 a crié son indignation face au processus qu’il a qualifié de non– inclusif de la relecture de la loi électorale, de la loi organique sur le nombre des députés et  de la chartre des partis politiques.  

La colère a grondé de nouveau au sein de la coalition hétéroclite dont la mobilisation a été déterminante dans la chute du régime d’Ibrahim Boubacar Keïta.  De son piédestal de sentinelle, le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) a distribué des coups d’épingle aux tenants du pouvoir qui ne s’embarrasseraient pas de bons précédés. La preuve concrète en a été donnée le 19 janvier dernier où les partis politiques ont été individuellement conviés à une visioconférence par le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATD). Du moins ce qui est ressorti des déclarations du  président du comité stratégique de la coalition, Choguel Kokala Maïga.  Au cours de cette rencontre, son regroupement a été surpris de constater que les responsables dudit ministère ont demandé aux partis politiques de désigner des représentants au sein d’un collège technique composé d’experts du gouvernement, des partis politiques, de la Commission électorale indépendante (CENI), de la Direction générale aux élections(DGE), des organisations de la société civile et des mouvements signataires de l’Accord issu du processus d’Alger. Ce collège technique est chargé de la relecture de textes portant loi électorale, loi organique sur le nombre de députés et charte des partis politiques.

‘’ Tenus dans une certaine  précipitation, les débats ont duré à peine une heure et ont été malmenés avec une volonté affichée de limiter les interventions, interrogations et propositions d’amélioration, toutes choses ayant suscité et attisé la colère de la majorité des participants représentant les partis politiques présents’’ a-t-il déploré.  Et de poursuivre que  «  les questions relatives à l’opérationnalisation effective des nouvelles régions administratives notamment la détermination des circonscriptions électorales ont été superbement bottées en touche sans aucune justification ».

En clair, Choguel Kokala Maïga est ulcéré par la démarche solitaire des autorités de la transition sur des questions aussi essentielles pour le processus de normalisation pendant que la tenue atelier sans termes de références préalables faisait son chemin. Ce énième épisode, a-t-il regretté,  est venu confirmer le choix des autorités de conduire un processus non-inclusif  de révision des textes électoraux et d’établir le constat que les questions relatives à l’opérationnalisation des nouvelles régions et circonscriptions électorales sont préjudicielles à celles de la relecture de la loi organique sur le nombre d’élus.

En somme,  il est impensable à ses yeux de dissocier l’une de l’autre.  Si cela continue, les partis politiques, associations et sociétés civiles qui composent le  M5-RFP menacent de se retirer pour la participation de la relecture des lois électorales.

Diak                

Source: Journal L’Informateur- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.