Reconquête du pouvoir : L’Adema joue la carte de la victimisation

Après dix années passées au pouvoir et 17 autres de concubinage, l’Adema-Pasj, l’une des premières forces politiques du Mali, ambitionne de reconquérir le pouvoir en 2022  si la présidentielle a lieu. C’est la principale information que le président du parti, Tiémoko Sangaré, a voulu faire passer le week-end dernier. C’était  à l’occasion de sa présentation de vœux à la presse.

 

Après avoir fait un tour d’horizon des événements malheureux qui ont caractérisé l’année écoulée, notamment la pandémie du coronavirus, la fragilité de notre système démocratique, mis en mal suite au coup d’Etat militaire du 18 août 2020,  et  les attaques terroristes récurrentes avec leur lot de pertes en vies humaines,  il s’est penché sur  les questions politiques.

Au sujet de la transition en cours,  le Président de l’Adema, Tiémoko Sangaré  estime qu’elle ne sera une réussite que si, dans un sursaut national, nous parvenons à placer l’intérêt supérieur du Mali au-dessus de toutes autres considérations.

De son point de vue,  le seul baromètre de la réussite de la transition en cours est la conduite des réformes indispensables et compatibles avec le délai imparti, ainsi que l’organisation d’élections inclusives, transparentes et crédibles. Toute autre démarche pouvant disperser ou éparpiller nos efforts ne sera que divertissement préjudiciable.

Certes l’année 2020 a été une année difficile pour le Mali, pour l’Afrique et le monde. Elle l’a été aussi pour notre famille politique, l’Adema-Pasj, mais la fidélité de nos militants est et demeure la plus belle réponse à ceux qui avaient parié sur l’explosion de ce parti au rôle historique avéré, souligne-t-il.

« Depuis sa création, que le parti se bat pour le Mali, nous avons tenté de développer une solide image dans l’opinion nationale et internationale. Mais la campagne de dénigrement systématique et de diabolisation dont il a été l’objet depuis quelque temps, amplifiée depuis le coup d’Etat militaire du 18 août 2020, a laissé des traces. Nous devons faire la preuve, aux yeux de l’opinion nationale comme internationale, de notre capacité à incarner la nouvelle espérance que constitue le Mali nouveau, (Mali Kura) », s’est-il plaint.

Tiémoko Sangaré entend adapter son parti à l’évolution sociopolitique du pays. Ainsi, affirmera-t-il,  au demeurant, la quête du Mali Kura est au cœur du projet « Adema » si tant est que le Mali nouveau tant réclamé est celui où, en prenant appui sur les premiers pans de nos conquêtes réalisées, nous allons tous assumer la responsabilité de nos actes et nous acquitter de nos devoirs et de tous nos devoirs, le Mali où force reste à la loi en toutes circonstances.

C’est pourquoi aujourd’hui, l’Adema doit donner la preuve qu’il est un parti sérieux et rigoureux, proche du peuple et dédié exclusivement au service de celui-ci, un parti digne de confiance et apte à gouverner à nouveau et de façon vertueuse.

«C’est dans la douleur, au prix de mille et un sacrifices, que l’Adema-Pasj, s’est construit ; c’est dans la foi, la détermination et la persévérance qu’au fil des années, il a consolidé ses bases et son histoire pour conquérir le pouvoir d’Etat, accompagner dans la loyauté les régimes successifs ayant bénéficié de la confiance du peuple souverain qui se sont engagés à inscrire leurs actions dans la continuité de la mise en œuvre du projet Adema.

C’est pourquoi, nous devons œuvrer au profit de l’intérêt général. Nous devons dépasser nos blessures personnelles, nos frustrations même les plus légitimes, nos colères même les plus justifiées pour nous engager dès aujourd’hui sur la voie menant à la construction de lendemains meilleurs pour nos enfants, pour les générations futures.   L’Adema-Pasj, notre parti est plus que jamais engagé pour reconquérir le pouvoir d’Etat, car il a vocation à gouverner demain le Mali. Pour ce faire, il travaillera pour reconquérir ville par ville, quartier par quartier, village par village, fraction par fraction le cœur des Maliens.

Dans cet élan, notre parti reste ouvert à toutes les forces démocratiques et républicaines éprises de paix et de justice, car c’est ensemble que nous pouvons bâtir le Mali nouveau », a déclaré Tiémoko Sangaré.

Oumar KONATE

Source : La Preuve

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *