À propos de l’achat de l’avion et du contrat d’équipements militaires… L’URD tient IBK pour «principal responsable de cette catastrophe nationale»

Le bureau exécutif national de l’URD se dit ne pas être surpris par le contenu du rapport définitif du Vérificateur général et celui de la Section des Comptes de la Cour Suprême sur les contrats d’armement et d’acquisition d’un aéronef au compte du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants. Le parti voit ainsi confirmées ses alertes incessantes depuis plusieurs mois sur la gestion non orthodoxe et calamiteuse des ressources publiques par le président de la République et son gouvernement.

soumaila cisse depute assemble nationale

Lors de la déclaration de politique générale du Premier ministre Moussa Mara en mai 2014, expliquent les responsables de l’URD, l’opposition républicaine, à travers son groupe parlementaire Vigilance Républicaine et Démocratique, après avoir mis à nu tout au long du débat la gestion catastrophique du gouvernement, a refusé de voter la confiance au Premier ministre.

Devant le mépris et la légèreté affichés par le président de la République et son équipe face aux critiques de l’opposition, le groupe parlementaire VRD a déposé une motion de censure contre le gouvernement qui, si elle n’a pas abouti, a cependant donné l’occasion à nos compatriotes d’être amplement informés sur les dérives et les dysfonctionnements de la gouvernance du président de la République et du Premier ministre.

Le 7 septembre 2014, lors de son meeting d’information, l’opposition a donné un carton jaune à IBK pour sa gestion insouciante et clanique de la chose publique tout en l’exhortant à se ressaisir pendant qu’il est encore temps. Malheureusement, les jours passent et se ressemblent au royaume de la mauvaise gestion, de la prévarication et de la concussion pour le malheur de nos braves populations qui voient chaque jour leurs conditions de vie se détériorer.

» Des ministres et de hautes personnalités du régime devront répondre devant le Procureur de la République de : détournement et complicité de détournement de fonds publics, utilisation frauduleuse et détournement de deniers publics, favoritisme, faux et d’usage de faux, trafic d’influence, fraude fiscale …. Tout cela en l’espace de seulement 12 mois de gestion !  » déclarent les responsables du parti.

Pour le secrétaire général du parti, Lassana Koné, l’URD ne se réjouit pas d’avoir eu raison si tôt car ces ressources dissipées auraient été autant d’atouts dans la lutte contre la pauvreté que le Mali et ses partenaires ont engagée depuis plusieurs années. Le BEN-URD tient le président de la République pour le principal responsable de cette catastrophe nationale, car il ne pouvait pas ne pas savoir que les femmes et les hommes qu’il a mis en mission conformément à ses prérogatives, s’adonnaient à ces pratiques criminelles.

Le parti vert et blanc dit attendre la réaction du président ainsi que celle de la Justice en espérant que l’un et l’autre auront le courage et le sens du devoir de la section des comptes de la Cour Suprême et du Vérificateur Général en mettant l’intérêt général au dessus de tout.

 

Boubacar PAITAO

 

… L’ADEMA – association exige des sanctions exemplaires

 L’ADEMA se dit  » surprise et étonnée par la nouvelle d’achat d’un avion présidentiel, d’opportunité très controversée en ces temps de guerre où l’achat d’hélicoptères de combat, de véhicules armés adaptés aux batailles dans le nord du Mali particulièrement dans l’Adrar ; l’achat de matériels de protection genre casques ou gilets pare-balles, était plutôt attendu « .

Le comble, ajoute Mme Sy, c’est qu’en dépit de tous les démentis et assurances, l’achat de l’avion et des équipements militaires, à en croire les différents audits nationaux et internationaux, a été fait en dehors de toutes les lois et règlements en vigueur avec des surfacturations équivalentes à des dizaines de milliards de nos francs.

L’ADEMA-association dénonce fermement de telles pratiques indignes des serviteurs de la République et de la démocratie, salue la décision du Procureur Général près la Cour d’Appel, d’ouvrir une enquête préliminaire suite aux conclusions de l’Audit de la Section des Comptes de la Cour Suprême et encourage la Justice malienne à aller au bout de la procédure engagée. L’association invite le président de la République à sanctionner à la hauteur des fautes commises toutes les personnes, membres ou non du Gouvernement, signataires de tels crimes financiers inacceptables, surtout dans le contexte de menace de partition du Pays et d’épidémie de fièvre à virus Ébola en Afrique de l’Ouest. Elle exhorte le président de la République à prendre toutes les mesures compatibles avec les lois et règlements en vigueur permettant au Trésor public de récupérer les fonds ainsi spoliés, l’encourage à se séparer urgemment de toute personne convaincue de tels manquements aux règles de bonne gouvernance; lui suggère ardemment de s’entourer d’une équipe d’hommes et de femmes solides à tous égards en vue de restaurer la crédibilité de l’État fortement atteinte, de restaurer sa noblesse à la politique et aux politiques.

L’ADEMA lance un appel au peuple malien à rester vigilant pour la sauvegarde des acquis démocratiques et des intérêts supérieurs de la Nation.

 

                                                                Bruno D SEGBEDJI

SOURCE:  du   7 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.