Processus d’élaboration de la stratégie régionale de protection des civils dans l’espace G5-Sahel: Les différentes parties prenantes sensibilisées sur la question

Le Grand Hôtel abrite, depuis hier, les travaux de l’atelier de renforcement des capacités et de consultations des partenaires dans le cadre du processus d’élaboration de la stratégie régionale de protection des civils dans l’espace G5-Sahel. La cérémonie d’ouverture de cette rencontre de 4 jours, qui va s’étendre jusqu’au jeudi 26 novembre prochain, a enregistré la présence du Coordonnateur du projet d’appui à la force conjointe G5-Sahel (FC-G5 Sahel) dans la mise en œuvre du cadre de conformité, Julien Attakla Ayinon, le chef d’Etat-major de la FC-G5 Sahel, le Colonel Souleymane Doumbia et le représentant de l’Union Européenne.

 

Cet évènement, selon le Coordonnateur du projet d’appui à la FC-G5 Sahel, marque une étape importante d’un long processus, ayant débuté il y a plusieurs mois. Ceci, sous l’impulsion des chefs d’Etat du G5-Sahel. En effet, la conférence de la présidence Burkinabé du G5-Sahel, à Ouagadougou, en janvier 2020, a clairement recommandé l’élaboration d’une stratégie régionale de protection des civils dans l’espace G5-Sahel. Et ce, conformément aux directives de l’Union Africaine pour la protection des civils dans l’espace G5-Sahel.

A en croire Julien Attakla Ayinon, c’est en réponse à cette requête des Chefs d’Etat et en application des piliers n°4 et n°5 du cadre de conformité aux droits de l’homme et au droit international humanitaire que le Secrétariat Exécutif du G5-Sahel a initié la préparation d’une stratégie régionale de protection des civils avec le soutien du projet d’appui à la force conjointe du G5-Sahel dans la mise en œuvre du cadre de conformité.

Au-delà de la concertation des parties prenantes, cet atelier, selon le Coordonnateur du projet d’appui à la FC-G5 Sahel, vise à un respect accru des droits de l’homme et à une plus grande prise en compte de la protection des civils par les forces de Sécurité et de Défense dans la lutte contre le terrorisme au sein de l’espace G5-Sahel. Ce qui contribuera in fine à l’amélioration des relations entre les populations et les forces de Défense et de Sécurité, y compris la force conjointe G5-Sahel.  » L’objectif clairement affiché de cet atelier est de contribuer, de manière participative et inclusive, à l’élaboration d’une stratégie régionale de protection des civils dans le contexte de l’opération militaire de la force conjointe du G5- Sahel sur fond de violences intercommunautaires sur les droits des populations civiles « .

Cette thématique, selon le chef d’Etat-major de la force conjointe G5-Sahel, est d’un grand intérêt pour les militaires composants de la FC-G5-Sahel, car, elle revêt l’essence même de leur vocation, celle de protéger les civils. En effet, selon le Colonel Souleymane Doumbia, le renforcement des relations de confiance entre la population et les forces de Défense et de Sécurité est une priorité pour la force conjointe autant qu’elle l’est pour les Chefs d’Etat du G5- Sahel.  » je souhaite donc que les débats de ces prochains 4 jours nous permettent à tous d’aboutir à l’élaboration d’une première ébauche de ce que nous appelons tous une stratégie de protection des civils respectueuse des principes humanitaires et des droits de l’homme, accompagnant efficacement les initiatives de développement pour le bien-être de nos populations et de nos familles « , a-t-il poursuivi.

En effet, il s’agira, au cours de ces 4 jours de formation, de sensibiliser, former et consulter les différentes parties prenantes des pays du G5-Sahel qui seront dans le cadre du processus d’élaboration d’une stratégie régionale de protection des civils dans le contexte des opérations militaires de la FC-G5 Sahel.

Ramata S. Kéita

Source : l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *