Procès d’anciens éléments de l’ex CNRDRE : Siméon Keïta, Mahamadou Youba Diarra et autres condamnés…

Huit policiers, tous membres de la section syndicale de la police nationale (Spn) viennent de passer devant la cour d’assises pour répondre des accusations de meurtre, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, coups et blessures volontaires, trouble grave à l’ordre public…

simeon keita syndicat police nationale

Le vendredi 28 novembre 2014, huit (8) policiers, tous membres de la section syndicale de la police nationale (SPN), ont comparu devant la cour d’assises pour répondre de divers chef d’accusation : meurtre, vol qualifié, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, coups et blessures volontaires, violences et voies de faits, association de malfaiteurs, trouble à l’ordre public, détention illégale d’armes de guerre. L’audience a commencé par l’identification des accusés : Mahamadou Youba Diarra, Siméon Keïta, Sékou Maïga, Drissa Samaké dit Roger, Fodé Samba Diallo dit Jet Lee, Yaya Niambélé, Hamidou Togola et Souleymane Cheick Fassirou.. Pour assurer leur défense, les accusés se sont attachés les services d’un groupe d’avocats composé des Mes Tiéssolo Konaré, Malick Maiga, Mariam Diawara, Issaka Coulibaly, Mahamadou Drago, Abdoulaye Sidibé…

Au terme d’une journée de débats (qui ont duré de 9h le vendredi, à 7h le lendemain  samedi), la cour a rendu son verdict. Malgré toutes ses dénégations, l’ancien secrétaire général de la SPN, Siméon Keïta (sous mandat de dépôt depuis le 2 mai 2013) a été retenu dans les liens de l’accusation et condamné à 3 ans d’emprisonnement ferme.  Son compagnon, Mahamadou Youba Diarra, poursuivi pour homicide volontaire sur Daouda Adiabiyakoye, soldat de la 312è RIM, a écopé d’une peine de 5 ans dont 3 avec sursis.  Souleymane Cheick  Fassirou, Fodé Samba Diallo dit Jet Lee, Yaya Niambélé et Sékou Maiga sont, eux, condamnés à 18 mois de prison avec sursis. Drissa Samaké dit Roger et Hamidou Togola ont quant à eux, bénéficié d’un non lieu.

Les infractions pour lesquelles Siméon Keita et ses compagnons viennent de passer en cour d’assises remontent aux évènements troubles de mars 2012. Profitant de leurs liens avec l’ex CNRDRE, les agents de police de la section syndicale se sont livrés à toute sorte d’excès. Ils n’ont pas hésité à se procurer en armes de guerre au moyen desquelles ils se sont livrés à des actes d’agressions, d’enlèvements, de séquestrations, de vol, meurtre, violences et voies de fait, à travers la ville de Bamako.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.