Primature : Mara en sursis…

Le Premier ministre, Moussa Mara, ne sait plus à quel saint se vouer. Il sait par contre que ses jours sont comptés, à la primature.

pm premier ministre moussa mara chef gouvernement mali parti yelema

Alors, pour se maintenir, il emploie toute une débauche d’énergie (de désespoir ?). Ainsi, il aurait….., la semaine dernière, 26 députés (hormis ceux du RPM et de l’ADEMA) de la mouvance présidentielle, pour qu’ils le soutiennent éventuellement dans le bras de fer engagé par les proches du président, Ibrahim Boubacar Keïta, pour le débarquer de la tête du gouvernement. Selon nos sources, Mara aurait tenu une rencontre (sécrète?) avec ces élus. Le premier ministre aurait insisté sur la «cabale» orchestrée actuellement contre lui. Or, son éventuel départ de la cité administrative (siège du gouvernement) pourrait avoir des conséquences désastreuses à la fois pour la majorité présidentielle et signé l’arrêt des programmes ( ???) qu’il aurait initié. Mais, très peu de députés conviés par Mara n’auraient pas été convaincus par son discours. Finalement, la rencontre se serait terminée sans que le premier ministre ait un quelconque soutien des élus. Mais dans certains milieux politiques de la capitale, l’on se pose actuellement beaucoup de questions sur l’agitation quotidienne du premier ministre. Et l’on se demande quel intérêt a-t-il de vouloir ouvrir un front à l’intérieur de la mouvance présidentielle ?

 

 

Pourparlers d’alger                   

Mara persona non gratta à l’Assemblée

Décidément, le premier ministre Moussa Mara n’est pas au bout de ses peines. Décrié par la direction du parti présidentiel, le RPM, il vient d’être récusé par les députés.

 

En effet, le premier ministre aurait sollicité une séance à huit clos à l’assemblée, afin d’expliquer les pourparlers d’Alger. Mais, les élus auraient opposé une fin de non recevoir à la requête de Mara.

 

Pour les élus, le premier ministre n’est pas le mieux indiqué pour cette séance d’explication. Il revient aux membres de la délégation gouvernementale envoyée à Alger de venir s’expliquer à l’assemblée.

 

Mara a finalement renoncé à son projet. Mais le vendredi dernier, il a simplement remis les documents d’Alger au président de l’Assemblée nationale et aux autres chefs d’institution.

 

Conseil des ministres :

IBK tance le PM

Lors du dernier conseil des ministres (qui se tient périodiquement), le mercredi dernier, le président Ibrahim Boubacar Keïta a sérieusement pris à partie son premier ministre, Moussa Mara. Raison de la colère présidentielle ? Il est soit mal informé, ou n’est pas du tout informé de ce qui se passe dans la République. Une République qui a l’allure bananière depuis un certain temps.

 

Mara (le pauvre) n’aurait placé un mot. Au contraire, il s’est fait petit. Tout petit dans son fauteuil, en attendant que l’orage passe…

 

Ainsi va le Mali…

Rassemblés par  la Rédaction

SOURCE: L’Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.