Presse hippique : l’entreprise “Bébé-Sarl” victime de spéculation, le DG fait des mises en garde

Depuis quelques semaines les journaux hippiques “Bébé et Télémani” édités par Bébé-Sarl est victime d’une spéculation qui est en train de nuire à l’entreprise. L’annonce a été faite hier mardi 25 octobre, par le directeur général de Bébé-Sarl, Harouna Bakayoko au cours d’un point de presse.

champ hippique bamako

C’est suite à l’importance de la mévente de ces journaux, ces dernières semaines,  que le responsable de l’entreprise a entrepris une enquête qui a révélé cet état de fait, c’est à dire la spéculation dont est victime son entreprise.

Selon lui, des individus malintentionnés qui n’ont autre objectif que de nuire à son entreprise sont responsables de cette situation.

Il a expliqué que Bébé-Sarl livre ses journaux hippiques à 35 F CFA aux revendeurs lesquels les revendent à 50 FCFA partout à Bamako. Ces prix ont été fixés, dit-il, avec l’accord des responsables de PMU-Mali pour la bonne marche des activités de PMU au Mali. Mais au lieu de 50 FCFA, il a été constaté que des individus malveillants revendent ces journaux à 75 F CFA au détriment de l’entreprise éditrice.

“Ils sont de plus en plus nombreux les parieurs du PMU-Mali qui n’achètent plus mes journaux à cause de la cherté due à la spéculation. Face à cette situation, j’ai déposé une plainte au tribunal de la Commune VI lequel a saisi un commissariat de police pour identifier d’éventuels responsables. Je ne tolérai pas toute personne qui sera surprise dans la fraude. Je précise que mes journaux “Bébé et Télémani” sont revendus et peuvent être revendus qu’à 50 FCFA. Nous demandons aux populations de nous aider à démasquer les spéculateurs qui veulent fermer Bébé-Sarl Sarl qui paie régulièrement ses impôts et génère plus de 100 emplois indirects”, a indiqué le directeur général de Bébé-Sarl, Harouna Bagayoko.

Bébé-Sarl a été créée en 2001 avec l’objectif d’aider PMU-Mali de faire face au déficit des programmes des courses hippiques.

 

Abou Berthé

 

 

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *