Présidentielle du 29 juillet 2018 au Mali : La rareté de la candidature féminine

Au Mali, le 29 juillet prochain, le peuple malien  choisira son nouveau Président de la République. La Cour constitutionnelle du Mali a rendu publique la liste des candidats. Ils sont au nombre de 24,  les prétendants au fauteuil présidentiel. Parmi ces candidats, il y aune seule femme qui répond au nom de Kanté Djebou Ndiaye.  La rareté de la candidature féminine (1)dans l’élection présidentielle au Mali pose le problème de la représentativité des femmes maliennes  dans la course pour la présidence de la République (2)

1.    La rareté de la candidature féminine

Au finish, Kanté Djebou Ndiaye sera la seule femme à tenter sa chance. Rakia Alphadi  qui préside le  parti AFP-Mali, que son mari Abidine Ould Ahmed Ganfoud a créé  en 2011 ne sera pas de la partie. A 45 ans, Rakia Alphadi  annoncée pour être de la course   n’a pas été remarquée parmi les candidatures validées par la Cour Constitutionnelle. Par contre Kanté Djebou Ndiaye a eu le quitus pour se faire examiner dans les urnes. Pour être candidat au Mali,il faut être parrainé soit par 10 députés, soit par 45 élus communaux. Malheureusement, Rakia Alphadi  n’est pas de lapartie. On peut regretter cette absence. Et pour cause, sans que cela participe à la cosmétique électorale, ses soutiens peuvent donner la bonne impression de l’inclusion. En effet, elle est originaire de Tombouctou. Une légitimité s’en dégage ainsi  en ce qui concerne la représentativité du Nord du pays en proie au non- droit.  Les ralliements annoncés des mouvements qui défient le pouvoir légitime de Bamako ont très tôt de donner une coloration à cette candidature féminine. Il s’agit du  MNLA, du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), mais aussi par le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA).

Madame  Kante Djebou Ndiaye  quant à elle a eu le soutien politique nécessaire pour être sur le bulletin électoral.

2.    La représentativité des femmes dans le derby présidentiel

Les femmes du Mali n’ont pas un dégoût pour la chose politique puisqu’ellesmilitent dans les partis politiques. Elles sont à l’Assemblée Nationale et au niveau des conseils communaux. Pas en nombre suffisant, sans doute ! Celles qui voudraient représenter la femme du Mali pour la course à la Présidence de la République, tiennent un discours qui pose beaucoup de problèmes. Par exemple,  Madame Kanté Ndiaye a déclare à Rfi qu’elle « candidate candidate parce qu’elle est  révoltée de ce que les hommes qui sont là sont en train de faire des histoires. Ils ne pensent qu’à eux-mêmes ».Son slogan  fait sourire plus d’un de Cotonou à Abidjan en passant par Lomé et Accra: « Les hommes ont échoué, votez cette fois-ci pour une femme. »

Il y  comme une faiblesse de l’argumentaire. C’est assez simpliste comme slogan. Il s’agit d’une élection présidentielle.  On parle de gestion d’un  Etat. Ce n’est pas une ONG. On peut comprendre que les femmes au Mali ne soient  pas prêtes. Elles se donnent sans doute  le temps de murir  pour affronter sans heurts les obstacles sociologiques afin de  proposer par le poids des idées les solutions aux problèmes du Mali. La question de la sécurisation du pays, de l’unité territoriale, de la gestion de l’économie, de la pauvreté,  du chômage, de la géopolitique, de la monnaie …Ce sont autant de thématiques qui valent plus qu’un slogan de jeu de marelle.

Il y a lieu pour la seule femme candidate pour la présidentielle de choisir un slogan à la hauteur de ce qu’on pense de la femme africaine et celle du Mali en particulier.

Herbert de Saint 
Tauyé HOUNGNIBO

 

Source: matinlibre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *