Présidentielle 2018 : « An ko Soumaila » s’organise

« J’étais parmi ceux qui ont acheté des coupes-coupes en 2013 », s’est exclamé un jeune homme parlant au nom de l’association AJDS. «Si Dieu aime un homme, c’est celui qui s’est repenti ; c’est pour cela que je reconnais mon tord. On nous avait mal parlé de Soumaila Cissé à tel point qu’on croyait qu’il allait contester les résultats de l’élection présidentielle de 2013. Au contraire, il est allé saluer son adversaire », a poursuivi le bonhomme, le jeudi après-midi (8 mars).

Près de 300 organisations de la société civile se sont engagées à soutenir la candidature de Soumaila Cissé à la présidentielle de 2018. Selon Goigon Coulibaly, ancien député et compagnon de Cissé, ces organisations, décidées à apporter l’alternance en 2018, ont constitué une commission de travail des présidents.

Mieux elles sont désormais réunies au sein de la plateforme « An ko Soumaila, Soumaila la solution». A tour de rôle, des inconditionnels de Soumaila Cissé se sont relayés pour expliquer les raisons de leur choix. Toutes ces organisations font cause commune avec l’URD, le parti de Soumaila Cissé, des représentants étaient sur place.

L’attitude de Soumaila Cissé en 2013 est avancée, entre autres, par les membres de l’association AJDS pour soutenir le candidat de l’URD à la présidentielle de 2018. Cette association fait partie de la plateforme « An ko Soumaila ». Au total, la plateforme compte pour l’instant 270 associations de la société civile et 59 clubs de soutien. Elle veut s’installer dans tous les cercles du pays et les 6 communes du district de Bamako.

L’association MONEC qui représente des enseignants s’est engagée à apporter le soutien nécessaire à l’élection de Soumaila Cissé en 2018. Chaka Hamidou Traoré, son représentant, a insisté sur le rôle que les enseignants doivent jouer dans les élections. «Nous sommes condamnés à marcher ensemble et la situation actuelle du pays interpelle tout le monde », a poursuivi le représentant du MONEC.

Le ton était plutôt conquérant  du côté de la plateforme « Mali notre destinée », une autre organisation membre de « An ko Soumaila ». Son représentant, Amadou Coulibaly, de s’interroger : « allons nous nous assoir et laisser le pays se détériorer avec le slogan Inchallah ? Nous avons choisi Soumaila Cissé pour certains de ses derniers propos. Il a dit que ceux qui veulent apporter le changement doivent s’unir. Par ailleurs, Soumaila Cissé ne ment pas », a indiqué Amadou Coulibaly.

Soumaila T. Diarra

Source: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *