Présidence de la République : IBK a passé plus de temps dans les airs que dans son bureau

Six mois après son investiture, grande est la surprise de  constater que le Président de la République a passé plus de temps dans les airs que dans son bureau de Koulouba où des dossiers brûlants l’attendent. Il a passé exactement 4 mois et 18 jours hors du Mali après seulement six mois de fonction.

 

Ibrahim Boubacar KEITA IBK président malien

En effet, s’il y a quelque chose qui caractérise le Président de la République, c’est bien sûr ses multiples voyages hors de nos frontières à bord de son  »Falcon ». Cela n’est un sercret pour personne. Dans les grins, les plus drôles disent que le Président voyage plus qu’un oiseau migrateur.

Chose qui n’est pas forcement loin de la réalité quand on sait que depuis son investiture le 4 septembre dernier,  IBK a effectué au total 46 voyages hors du pays dont une visite privée au Congo avec en moyenne un séjour de 3 jours par voyage. Au total cela fait, au risque de nous tromper, 138 jours soit 4 mois et 18 jours pour être plus exact. Ce qui implique donc que le président globe-trotter n’a passé qu’un mois et 12 jours à l’intérieur de nos frontières sur ses 6 mois d’exercice du pouvoir.

Et comme les oiseaux dont personne n’arrivent à expliquer la vraie raison de leur migration, les Maliens n’arrivent pas non plus à comprendre les vraies raisons des inombrables tribulations du Président quand on sait qu’ils ne voient, à l’issue de ces nombreuses villégiatures, rien de concret.

On a plutôt l’impression qu’en arrivant aux commandes du pays, le Président de la République s’est engagé à faire le tour du monde. Même si ces voyages interminables se font au  »nom du Mali » comme le prétendent ses proches collaborateurs, le nombre élevé des membres de la délégation qui l’accompagnent pendant ces tournées risque de mettre à plat les maigres ressources du trésor public.
Ces voyages sont hautement budgétivores quand on sait qu’ils étaitent effectués, avant l’achat de son super  »Falcon » estimé à une vingtaine de milliards FCFA, en Jets privés dont la location ne coûte pas moins, dit-on, de 3 millions FCFA par heure.

Pendant ce temps, les Maliens attendent désespérement le changement, l’amélioration de leurs conditions de vie à travers des emplois pour les jeunes et un vaste redressement économique et sécuritaire.

Aboubacar DICKO

SOURCE: L’Indépendant
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *