Présidence de la plateforme de la mouvance présidentielle: Moussa Mara va passer la main

Si l’on en croit des sources proches de Yèlèma, c’est à la demande du RPM que l’actuel Premier ministre, président de la mouvance présidentielle, a accepté d’abandonner la direction de la Convention qui doit en principe être signée cette semaine.

 moussa mara premier ministre chef gouvernement yelema pm

Ce samedi 30 août 2014, les partis membres de la mouvance présidentielle se sont réunis à huit clos dans la salle Wa Kamissoko du Centre international de conférence de Bamako. L’objectif de cette rencontre était de finaliser la future convention, en identifiant notamment  les observations faites par les partis ou groupements de partis politiques qui n’avaient pas été pris en compte. Il est bon de rappeler au passage que cette convention est une initiative du Rassemblement pour le Mali (RPM), principal parti de la mouvance présidentielle.
Ainsi, après qu’il eut envoyé le document aux partis membres de la mouvance, le RPM avait ensuite dépêché des missions auprès de ceux-ci pour recueillir leurs observations et suggestions afin de l’améliorer. Lors de la réunion de ce samedi, tenue à l’absence de Moussa Mara, il s’agissait de voir quelles sont les remarques et propositions faites individuellement ou de façon groupée et qui n’ont pas été prises en compte.
A l’issue de cette rencontre présidée par Boulkassoum Haïdara du RPM, une commission «pluri-partisane» a ainsi été mise en place afin de procéder à la finalisation du document dont la signature officielle doit en principe avoir lieu cette semaine, selon des sources proches du RPM. Ladite commission doit siéger ce lundi 1er  septembre  2014 et, après la finalisation du document,  fixera la date de signature de la convention.
Ce qu’il y a lieu de signaler dès à présent, c’est que le Premier ministre Moussa Mara, non moins président de la plateforme de la mouvance présidentielle, formée il y a quelques mois, va céder la direction de ladite plateforme au profit, vraisemblablement, du RPM.
En effet, des sources proches du parti Yèlèma révèlent qu’au cours d’une rencontre entre les deux partis, Moussa Mara, patron de Yèlèma, a, à la demande du RPM, accepté de ne se consacrer désormais qu’aux charges gouvernementales déjà bien lourdes. Toutefois, cette révélation ne semble pas convaincre bien des observateurs politiques nationaux qui voient en l’absence du PM à la dernière rencontre une réticence de ce dernier à la signature d’une convention à laquelle il est opposé dès le départ.
Ces derniers se trouvent d’autant renforcés dans leur thèse que Moussa Mara a gagné en ambitions depuis sa nomination à la tête de la Primature. En témoigne les actions quotidiennes qu’il mène discrètement en faveur de l’implantation de son parti et, partant, son positionnement personnel sur l’échiquier politique national. Mais, le Premier ministre pouvait-il se permettre de croiser encore une fois le fer avec un RPM qui lui en veut déjà ?
Toujours est-il que les Tisserands, depuis la mise en place de cette plateforme, n’ont pas apprécié-ils l’ont d’ailleurs fait savoir- le fait que la présidence de la plateforme ait été confiée à Moussa Mara, fut-il Premier ministre, dont le parti ne jouit pas de la légitimité nécessaire pour jouer les premiers rôles au sein de la mouvance présidentielle.
Bakary SOGODOGO

SourceLe Prétoire

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.