Pr Younouss Hameye Dicko lors de la conférence de presse du RDS: «Le retour de la CMA à Ménaka est une injure à la nation malienne»

Après la signature de l’Accord de paix et de réconciliation par le Gouvernement malien, la communauté internationale et une partie des groupes armés, le plus difficile reste sa mise en œuvre.

 younouss hameye dicko politicien parti rds

Cette problématique a constitué la quintessence d’une conférence de presse animée par le Président du Rassemblement pour le Développement et la Solidarité (RDS), Pr Younouss Hameye Dicko, entouré des membres du Conseil exécutif de son parti, dont l’ancien ministre de l’Enseignement Supérieur durant la transition, Pr Messaoud Ould Mohamed Lahbib.

«Il n’est pas question que les mouvements de la Plateforme se retirent de Ménaka pour le livrer à des rebelles. Ménaka est revenu dans le giron du Mali. Il doit y rester, en attendant les autres localités. Le retour de la CMA à Ménaka est une injure à la nation malienne. C’est inédit que la communauté internationale demande le retour de la CMA à Ménaka», a déclaré le Pr Younouss Hameye Dicko.

Avant de se dire convaincu que «la CMA va signer l’Accord de paix. Si elle ne le signe pas, elle va disparaître, c’est dans l’ordre des choses de la nature. La CMA n’a pas d’autre choix que de signer. Elle ne peut pas refuser de signer et se replier en Algérie, qui a signé l’accord, en cas de besoin».

Auparavant, dans une déclaration lue par son Secrétaire politique, le RDS avait indiqué «il appartient maintenant à la MINUSMA, à la France et à la communauté internationale de jouer, dans la transparence, dans l’amitié et dans l’intérêt des bonnes relations entre elles et la nation malienne, franc jeu, dans ces moments historiques difficiles pour notre pays.

Elles doivent se comporter de telle manière qu’à aucun moment, le peuple ne se surprenne à douter qu’elles ne sont pas à égale distance des parties maliennes. Le peuple malien commence à se poser des questions et leur demande sincèrement: «Otez-moi d’un doute»!».

Cependant, aux dires du Secrétaire politique du RDS, le Mali doit compter sur ses propres forces. «L’Armée malienne doit assumer toutes ses responsabilités pour que les Maliens ne soient plus du gibier pour personne, puisque c’est à elle de défendre le Mali et les Maliens. II faut que l’Armée malienne entre dans tous ses droits pour défendre sa patrie», a-t-il martelé.

S’agissant des régionales et des communales, le RDS se pose plusieurs questions: «les élections régionales se passeront-elles sur la base du découpage administratif GMT ou ATT? Que faire de la loi scélérate, la Loi N°2012-017 du 2 Mars 2012?  Vu la situation historique du Mali, ne doit-on pas procéder à un découpage administratif nouveau et sérieux avant d’engager des élections dans des régions obsolètes et d’éviter de nouvelles contestations?

N’est-il pas préférable de procéder seulement, dans l’immédiat, aux élections communales et de cercles dans les régions existantes et dans le District de Bamako? Ainsi, les nouvelles communes, les nouveaux cercles et les régions (nouvelles et anciennes) verront des élections jumelées. De toute façon, est-il concevable de procéder à des élections régionales sans Kidal, tout en restant en harmonie avec l’Accord d’ Alger?»

Youssouf Diallo

 

 

source : 22septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.