Pr. Tiémoko Sangaré, lors de la cérémonie de présentation de vœux de Nouvel An de son parti à la presse : « Nous sommes plus que jamais engagés à reconquérir le pouvoir d’État… »

Comme à l’accoutumée, l’Alliance pour la démocratie au Mali parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ), à travers son président, Pr. Tiémoko Sangaré a tenu sa traditionnelle cérémonie de présentation de vœux aux hommes de médias. C’était lors d’un point de presse animé, le samedi 16 janvier 2021, au siège du parti de l’Abeille.

 

Fidèle à sa tradition, le parti de l’Abeille à travers son président Tiémoko Sangaré, a présenté ses vœux de Nouvel An à la presse malienne. A l’entame de la cérémonie, M. Sangaré a, pour le repos éternel de leurs âmes, observé une minute de silence à la mémoire de toutes les personnalités du pays et les militants du parti décédés au cours de l’année écoulée. « Comme vous le savez, l’année écoulée a été éprouvante pour notre parti, et au-delà, pour notre pays et le monde entier. En effet, en plus des conséquences désastreuses des crises sécuritaire, sociale, politique et sanitaire, nous avons été endeuillés par la perte de grandes personnalités de notre pays et plusieurs militants de notre parti ».

Pour M. Sangaré, l’année qui vient de s’achever a vu la célébration des soixante ans du Mali indépendant, confronté à une conjugaison d’épreuves qui ont ébranlé les fondements de la République, voire de la nation malienne. En effet au cours de cette année, notre pays a été tourmenté par de nombreux problèmes dont : « la fragilité de notre système démocratique, mis en mal suite au coup d’État militaire du 18 août 2020, la pandémie du Coronavirus, la pire des crises sanitaires depuis des siècles ainsi que les attaques terroristes récurrentes avec leur lot des pertes en vies humaines, tant au sein de notre vaillante armée, qu’au sein des populations civiles maliennes et des forces étrangères qui nous accompagnent ».

Par ailleurs, il a rendu un vibrant hommage aux forces de défense et de sécurité malienne et leurs partenaires étrangers qui continuent de payer, le lourd tribut de ses différentes attaques des forces du mal pour la sauvegarde de l’intégrité territoriale et la défense des idéaux de paix.

En outre, M. Sangaré affirme que son parti reste convaincu que pour relever les multiples défis auxquels le Mali fait face, il faut unir toutes les forces politiques et sociales du pays. C’est pourquoi, selon lui, l’ADEMA s’est constamment inscrit dans une logique de rassemblement pour faire face au péril qui guette la nation entière. « Qu’aucune force, qu’aucune composante de la nation ne se trompe : nous devons tous nous convaincre que, pour relever les innombrables défis qui nous coupent le sommeil, nous nous devons de construire pendant les 10, voire les 20 ans à venir, une union sacrée de toutes les forces vives du pays autour d’un objectif vital pour restaurer l’intégrité, la cohésion et la stabilité de notre pays. Telle était la philosophie qui fondait notre accompagnement au président IBK, chose que nous assumons pleinement».

Parlant de la transition en cours, le président du parti de l’Abeille affirme que c’est sur seulement un sursaut national que nous parvenons à placer l’intérêt supérieur du Mali au-dessus de toutes autres considérations. « Nous revoilà engagés dans une transition politique qui devra en terme, assurer le retour à une vie constitutionnelle normale. Il est clair que seul le baromètre de la réussite de la transition en cours est la conduite de réformes indispensables et compatibles avec un délai imparti, ainsi que l’organisation d’élections inclusives, transparentes et crédibles. Toute autre démarche qui éparpillera nos efforts ne sera que divertissement préjudiciable».

En tout état de cause, l’ADEMA a décidé de tout mettre en œuvre pour contribuer à la réussite de la transition en cours dans notre pays.

En effet, le président Sangaré a annoncé que son parti, est plus que jamais engagé à reconquérir le pouvoir d’État, car selon lui l’ADEMA a vocation à gouverner demain le Mali. « Dans cet élan, notre parti reste ouvert à toutes les forces démocratiques et républicaines éprises de paix et de justice, car c’est ensemble que nous pouvons bâtir le Mali nouveau ».

Aux dires de M. Sangaré, depuis sa création, l’ADEMA se bat pour le Mali. Le parti a tenté de développer une solide image de l’opinion nationale et internationale, mais la campagne de dénigrement systématique et de diabolisation dont il a été l’objet depuis quelque temps, amplifiée depuis le coup d’État du 18 août 2020 a laissé des traces. « Nous devons faire la preuve, aux yeux de l’opinion nationale comme internationale, de notre capacité à incarner la nouvelle espérance que constitue le Mali nouveau, « Mali Koura ». Au demeurant, la quête du Mali Koura est au cœur du projet « ADEMA » si tant est que le Mali nouveau tant réclamé soit celui où en prenant appui sur les premiers pans de nos conquêtes réalisées, nous allons tous assumer la responsabilité de nos actes et nous acquitter de nos devoirs, le Mali où force reste à la loi en toutes circonstances», a-t-il dit.

Ibrahim Djitteye

Source: Journal Le Pays- Mali
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *