Pour les aider à mieux fêter la Tabaski L’ASMA/CFP au secours des déplacés de Nyamana, Faladjiè, Dialakorobougou et Moutougoula

Dans le cadre de la fête de Tabaki 2019, la Coordination régionale de Mopti des cadres de l’Alliance pour la solidarité au Mali/Convergence des forces patriotiques (ASMA/CFP) a procédé, le dimanche 4 Août dernier, sur le site de Nyamana, à une série de remises de dons aux déplacés de Nyamana, Faladjiè, Dialakorobougou et Moutougoula. Il s’agit de 4 tonnes de riz et de petit mil, 6 cartons de savon, 200 moustiquaires imprégnées et une enveloppe de un million FCFA.

 

La cérémonie de remise de dons aux personnes déplacées venues du Centre du pays (région de Mopti) s’est déroulée en présence de Issa Ombotimbe, Secrétaire national chargé de l’action sociale et de la solidarité, représentant le président de la Coordination, Baba Cissé, de l’Honorable Drissa Sankaré, vice-président du parti, de la 2ème vice-présidente de l’Association Tabital Pulaku, du représentant de Djina Dogon et des responsables  de la commune VI.

Avant la remise symbolique, le président de la Jeunesse de l’ASMA/CFP de Nyamana, Samba Gadiaga a rappelé que le parti est toujours aux côtés des déplacés à tout moment pour leurs besoins.

Avant de lancer un appel à la mobilisation en faveur de ces personnes  » dont le sort devrait interpeller toute conscience humaine « . Le porte-parole des déplacés, Moriba Daou, dira qu’il n’y a aucune différence entre les Maliens.  » Nous sommes de même père et de même mère. Ce qui se passe aujourd’hui chez nous, nous croyions que cela ne pouvait arriver qu’ailleurs. Maintenant, il est indispensable que nous nous donnions la main, que nous nous aimions davantage. Nous n’avons pas le choix, nous n’avons qu’une seule Patrie, c’est le Mali. Alors œuvrons à sa préservation « , a-t-il martelé.

Quant au représentant du président de la Coordination régionale du parti, Issa Ombotimbe, il a expliqué que cette remise est une contribution de la Coordination à la construction du pays, à son progrès.  » Personne ne nourrit quelqu’un, c’est Dieu qui le fait dans son infinie miséricorde« , a-t-il lancé. Et d’ajouter :  » C’est le devoir de tout un chacun de compatir à la souffrance de son prochain. L’élan de générosité ne doit pas connaître de frontières, tous les êtres humains se valent, personne n’est supérieure ou inférieure à une autre« .

Pour sa part, l’honorable Drissa Sankaré a relèvera que le geste n’a rien de politique, mais qu’il est plutôt humanitaire. « L’intention de la Coordination régionale n’est nullement de se faire un électorat, il s’agit d’un geste symbolique de solidarité envers des frères et des sœurs qui traversent une épreuve« , a clarifié.

Pour lui, aucun Dogon ne peut chasser un Peulh et s’asseoir tranquillement et inversement, parce qu’il s’agit de deux communautés condamnées à vivre ensemble.

Le député élu à Bankass s’est aussi prononcé sur les conséquences de la crise sécuritaire au Centre.

Selon lui, les Dogons ne cultivent plus leurs champs et que les Peulhs n’arrivent pas non plus à faire paître leur bétail.  » C’est pourquoi, en tant qu’élu, mon action consiste à interpeller le Gouvernement pour un retour rapide à la normale afin que toutes les personnes déplacées puissent retourner chez elles. C’est mon vœu le plus ardent« , a conclu.

Daouda SANGARE

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *