Pour l’année 2019: Soumi souhaite une ‘‘main tendue ouverte, généreuse et visible’’

Le Président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), Soumaila CISSE, a présenté le samedi dernier ses vœux de nouvelle année à ses militants et à la nation. Une tradition consacrée au cours de laquelle il a abordé des questions d’intérêt national et la vie de leur parti.

Cette présentation de vœux de l’URD qui s’est déroulée au Palais de la culture Amadou Hampathé BA de Bamako a été comme à l’accoutumée l’occasion de faire le bilan de gouvernance sous l’ère IBK. Ainsi, dans son discours de vœux à ses militants et à la nation, le président Soumaila CISSE, non moins Chef de file de l’Opposition, a dressé un bilan très sombre de la gestion du Président IBK depuis 2013. Du premier mandat d’IBK à celui qu’il vient d’entamer, Soumaila CISSE constate que la situation sécuritaire, économique et socio-politique du pays s’assombrit d’année en année.

« Les populations assistent impuissantes à la dislocation des fondements de notre Nation. Tous les patriotes convaincus reconnaissent que notre pays s’enfonce chaque jour davantage dans une crise multiforme sans aucune perspective de sortie », s’est lamenté M. CISSE, en rappelant des événements majeurs de contestation qui ont marqué l’année écoulée. Selon Soumaila CISSE, 2018 a été fortement dominée par des grèves et manifestations contre la cherté de la vie, la violation de la Constitution, le projet de découpage territorial, le projet de loi d’Entente nationale…

A côté de ces problèmes, il y a la crise de l’école, la situation sécuritaire qui s’enlise, la situation sur la corruption, la situation financière difficile sur lesquelles le régime est muet. A entendre le Chef de file de l’Opposition, ces affaires renferment des vérités qui sont cachées au peuple.

« Le droit à la vérité est inaliénable. Il faut que le régime dise la vérité, toute la vérité, simplement la vérité et rien que la vérité ! », a-t-il dit.

Abordant la question de la croissance économique, le président de l’URD ironise sur ce que le Gouvernement appelle comme une avancée économique. « Quand les voisins affichent un taux de croissance de 8 à 9%, nous nous glorifions d’un pénible 5% ! », s’est indigné le président l’URD. Cette situation, a-t-il soutenu, est la preuve de la nécessité de faire de nouvelles propositions, d’avoir d’autres perspectives.

Rien de toutes les crises, que le pays connaît, ne peut se résoudre dans le mensonge et sans un franc et réel dialogue national, a-t-il estimé. Il y a plus de cinq ans, a-t-il rappelé, l’opposition a constamment réclamé et continue de réclamer, sans succès, un dialogue politique et républicain. Mais leur démarche n’a pas été suivie par le régime d’IBK qui fait semblant d’adhérer aux initiatives des différents Médiateurs. Selon Soumaila CISSE, la main tendue d’IBK n’est pas sincère. Pour autant, il est persuadé qu’il faut impérativement aller à un « vrai dialogue politique républicain ».

« En plus de l’écoute, de l’exigence d’honnêteté et de respect mutuel, le dialogue doit être direct, franc, loyal et basé sur la bonne foi. Un dialogue où la main tendue est ouverte, généreuse et visible. Un dialogue aux contours bien définis sous l’égide de médiateurs avertis et objectifs », a martelé Soumaila CISSE.

S’agissant des perspectives de l’URD, il a annoncé qu’au cours de l’année 2019, toutes les structures du Parti seront renouvelées.

Par Sikou BAH

Info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *