Pour dissiper les tensions : IBK dissout la Cour constitutionnelle et promet de juger les « casseurs »

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a dans un discours, prononcé le samedi 11 juillet 2020, abrogé le décret de nomination des membres restants de la Cour constitutionnelle. Il a aussi annoncé la formation d’un gouvernement d’union nationale sans les « casseurs ».  IBK dit prendre les mesures en vue d’apaiser la situation.

 

 Pendant que les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants se poursuivaient dans plusieurs quartiers de Bamako, vendredi 10 juillet et samedi 11 juillet 2020, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a fait un message à l’endroit des maliens et prononcé un discours le lendemain dans la soirée. Pour le chef de l’Etat, « c’est au nom de l’Etat de droit que les pouvoirs publics ont autorisé la manifestation du M5-RFP, malgré les incitations à la violence véhiculées par les messages de certains responsables de ce Mouvement. Et c’est au nom de ce même Etat de droit qu’il lui incombe d’assurer la sécurité des biens, des citoyens et des Institutions et cela sera fait, sans faiblesse aucune ».

Dans son messages du vendredi 10 juillet, le chef de l’Etat dit s’adresser aux maliens pour regretter les scènes de violence et de saccage ainsi que les « tentatives d’occupation de nos Institutions et services stratégiques auxquelles il nous a été donné d’assister en cette journée du 10 juillet 2020 ».

Pour IBK, à ce stade, le bilan et les circonstances exactes des pertes humaines et matérielles restent à établir. Une enquête est diligentée à cette fin.

Toutefois, j’exprime ma sincère compassion aux familles des victimes ainsi qu’aux citoyens dont les biens ont été pillés.

« Vous le savez, c’est au nom de l’Etat de droit que les pouvoirs publics ont autorisé la manifestation d’aujourd’hui  (NDLR : vendredi) du M5 RFP, malgré les incitations à la violence véhiculées par les messages de certains responsables de ce Mouvement.

C’est au nom de ce même Etat de droit qu’il m’incombe d’assurer la sécurité des biens, des citoyens et des Institutions et cela sera fait, sans faiblesse aucune.

Toutefois, je voudrais de nouveau rassurer notre peuple sur ma volonté de poursuivre le dialogue et réitérer ma disposition à prendre toutes les mesures qui sont en mon pouvoir en vue d’apaiser la situation », a écrit le chef de l’Etat.

Le lendemain samedi 11 juillet,  dans un discours, le chef de l’Etat a pris des décisions qui pourraient clamer certains esprits. IBK a abrogé la nomination des membres restants de la Cour constitutionnelle. Et il reviendra à cette nouvelle Cour constitutionnelle de se prononcer sur le cas des résultats des législatives contestées dans certaines circonscriptions. Deuxième décision : la formation d’un gouvernement d’union nationale sans les « casseurs ». Le président de la République a aussi annoncé  que les auteurs et complices des casses et autres actes illégaux vont répondre devant la justice car des enquêtes sont déjà ouvertes.

Le locataire de Koulouba n’a pas occulté son frère Soumaïla Cissé le chef de fil de l’opposition détenu aux mains de ses ravisseurs. Comme pour démentir ceux qui pensent que le président de l’URD est mort, IBK a laissé entendre que Soumi va bien.

Mohamed Keita

Arc en Ciel

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *