Paiement des droits des compressés du Mali : Une promesse de campagne non tenue par IBK

Lors de la campagne présidentielle de 2013, le président IBK avait envoyé Mohamed Ali Bathily aux compressés des entreprises et sociétés d’Etat pour leur dire de voter pour lui et une fois qu’il sera au pouvoir, leur décompte fait sur le jugement ainsi que leurs revendications seront tous payés. C’est à travers cette promesse de campagne que l’Association des compressés du Mali a mobilisé tous ses militants pour que IBK soit à Koulouba. Mais c’était peine perdue puisque jusqu’à présent, les compressés courent toujours derrière leurs droits.

ibk ibrahim boubacar keita stade 26 mars presidentielle 2013 rpm CAMPAGNE 2003Suite à leur marche organisée le 16 avril dernier, l’Association des compressés du Mali a tenu une assemblée générale le 25 juin 2015 à la Bourse du travail. Il s’agit d’informer ses militants de la mauvaise foi du gouvernement et de projeter une autre marche et un sit-in le 7 juillet prochain au ministère de l’Economie et des Finances.    

Selon le président de l’Association des compressés du Mali, Ousmane Berthé, c’est suite à la marche organisée le 16 avril dernier que les compressés ont fait des démarches auprès du ministre intérimaire de l’Economie et des finances, Abdel Kader Konaté, qui «nous a dit qu’il ne serait pas bon que des vieilles personnes marchent de cette façon  et qu’il fera tout pour qu’on puisse rencontrer le ministre Mamadou Igor Diarra, pour trouver une solution au problème». «À son arrivée, le ministre Mamadou Igor Diarra a refusé de nous rencontrer et c’est son chef de cabinet qui a servi d’intermédiaire et qui nous a dit que la grosse que nous avons ne permet pas payer 40 milliards de Fcfa », a-t-il expliqué.

Aux dires d’Ousmane Berthé, ce n’est pas sur une grosse que les compressés veulent qu’ils soient payés, mais c’est le décompte fait sur les  arrêts des jugements évalué à 24 milliards Fcfa. «Nous demandons également par rapport à la requête déboutée au dossier administratif,  une négociation qui s’évalue à 32 milliards de Fcfa et le paiement de 50% de cela qui font les 16 milliards de Fcfa. Ce qui fait un total de 40 milliards de Fcfa que nous demandons aujourd’hui et l’Etat dit qu’il ne peut pas payer, alors que ce n’était pas lié à la grosse», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le président de l’Association des compressés du Mali a indiqué que le paiement des droits des compressés est une promesse de campagne d’IBK. «C’est Mohamed Ali Bathily qui est venu pendant la campagne chercher les compressés pour leur dire de voter pour IBK  et dès qu’il sera au pouvoir, il va payer le décompte fait sur les jugements  des compressés ainsi que leurs revendications. Et nous avons fait la campagne pour cette promesse. Aujourd’hui, nous constatons qu’il ne veut pas nous payer. C’est pour cela que nous organisons fréquemment des assemblées, des marches et des sit-in jusqu’à ce que nous rentrions dans nos droits», a déclaré Ousmane Berthé.

Il a également expliqué qu’en dernier ressort, il  constate qu’il y a un des protocoles qui contient une erreur de 2 milliards 594 millions Fcfa  que l’Etat n’a pas payé et que les compressés veulent aussi se faire payer. «Aujourd’hui, le nouveau ministre est venu trouver le problème, mais celui qui gérait auparavant, c’était Sambou Wagué, l’ancien ministre qui disait de ne pas payer, sans avancer d’arguments. Il disait seulement que les compressés n’ont pas fini d’être payés et qu’ils ne sont pas nombreux, alors que nous sommes 50.000 à travers le pays. Nous ne sommes plus à ce stade. Nous sommes à un stade où nous avons gagné le jugement», a conclu le président de l’Association des compressés du Mali.

Diango COULIBALY

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.