OCCUPATION DE LA MAIRIE DE KONSIGA: ME DEMBA TRAORÉ ACCUSE MOUSSA MARA ET LE GOUVERNEMENT

Selon Me Demba Traoré, secrétaire à la communication de l’URD, la crise qui sévit dans la Commune rurale de Konsiga dans le cercle de Yelimané entre certaines franges de la population et la mairie serait entretenue par l’ancien Premier ministre Moussa Mara et le gouvernement. Ce matin au cours de la conférence de presse qu’il a co-animé avec certains membres du bureau politique national de l’URD, il a indiqué que les incidents survenus à Konsiga le vendredi 15 décembre 2017 entre les forces de l’ordre et des manifestants causant un décès et des blessés, est le résultat de la « méconnaissance des textes et des lois de la République par les membres du parti Yéléma de Moussa Mara ».

Ses explications : « deux regroupements de partis politiques étaient en lice lors des élections communales du 20 novembre 2016 dans la circonscription électorale de Konsiga. Il s’agit de la liste URD-Adema-Fare et de celle de l’alliance Yéléma-Codem. Lors du contentieux des listes de candidature, à la requête de l’alliance URD-Adema-Fare, la liste Yéléma-Codem a été invalidée à bon droit par la cour d’appel de Kayes au motif qu’une fille de 19 ans y figurait, alors que l’âge minimum pour être éligible est de 21 ans au sens de l’article 191 de la loi électorale, laissant du coup une seule liste en compétition dans ladite circonscription.
Les élections se sont déroulées sans incident, tous les candidats de la liste URD-Adema-Fare ont été déclarés élus à la suite du scrutin.

C’est ainsi que Abdoulaye Konaré, agissant au nom et pour le compte de la liste Yéléma- Codem a cru bon saisir le tribunal administratif de Kayes d’un recours tendant à l’annulation des résultats du scrutin pour deux motifs essentiels: Absence des délégués de la liste URD-Adema-Fare dans certains bureaux de vote et du défaut d’affichage de la décision du préfet précisant l’emplacement des bureaux de vote et les listes électorales .

Le tribunal administratif de Kayes a annulé les résultats du scrutin en son audience du 21 décembre 2016, contre lequel jugement appel fut interjeté. La cour suprême du Mali, en son audience du 23 mars 2017 a rétracté ledit jugement et a rejeté le recours de Abdoulaye Konaré comme mal fondé.

A la requête de Abdoulaye Konaré, Le tribunal administratif de Kayes avait également ordonné le sursis à l’installation du Maire de Konsiga en son audience du 21 décembre 2016, contre lequel jugement appel fut également interjeté. La cour suprême du Mali, en son audience du 30 mars 2017, a annulé ce jugement et a déclaré le recours d’Abdoulaye Konaré irrecevable. La cour suprême du Mali a également déclaré irrecevable le recours en tierce opposition initié par Sekou KEBE chef de village de Kersignané, Bakary Awa KEBE chef de village de Sounkounala et Tamba SIBY chef de village de Komodindé.

Ayant définitivement perdu gain de cause, au lieu de se soumettre aux décisions de justice et au verdict des urnes, les protestataires ont décidé de passer par la violence physique et verbale pour poursuivre leur contestation, toute chose inadmissible en démocratie et répréhensible en droit ».

Il demande donc à l’ancien PM et à son parti de respecter les décisions de justice, de respecter les lois fondamentales de la République et de mieux s’organiser au sein de leur parti. « Nous interpellons fortement le gouvernement pour qu’il prenne ses responsabilités à faire respecter l’ordre et la quiétude à Konsiga. On appelle encore une fois les protestataires à la retenue, au calme et au respect des lois de la République car aucune situation du genre ne pourra conforter notre démocratie et le vivre ensemble », a-t-il indiqué.

 

Source: Maliactu.info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *