Observatoire : En hausse : Assétou Sangaré

Mme Robichaud Assétou Sangaré a quitté le Psda dont elle était le porte-flambeau en commune IV de Bamako pour créer un parti politique dénommé le Parti du Renouveau et du Développement (PRD).

Rien à dire : Avec le Renouveau et le Développement, on ne demande pas plus et c’est sûr que c’est après mure réflexion que ce nom rassembleur est sorti. Assétou est partie du Psda avec élégance, comme elle avait fait en quittant Yéléma de Moussa Mara. Mme Robichaud Assétou Sangaré est en train de frayer son chemin car en tant que présidente de la section de la commune IV du Psda, formation au nom de laquelle elle avait participé aux dernières communales en tant que tête de liste de l’alliance Psda-Asma, elle avait convaincu les populations qu’il fallait désormais compter avec elle car elle avait déjà annoncé les couleurs lors des législatives où elle est arrivée 2è, en obtenant 46,3% des voix en commune IV en tant que candidate du Yéléma. Depuis lors, les nombreuses sollicitations de grandes formations politiques ne l’ont pas emportées car elle a la tête sur les épaules pour savoir où poser les pieds. Comprenez donc que Mme Robichaud Assétou Sangaré, par ailleurs déjà bien ancrée aussi au sein de la société civile, entend faire valoir ses idéaux à travers son nouveau parti, le PRD, auquel nous souhaitons bon vent !

Seynabou Diop

Seynabou Diop

En lieu et place de visites de chantier, des ministres se contentent du minimum, l’essentiel étant d’être montré sur le terrain par la télévision nationale. Parfois, ils s’arrêtent d’ailleurs à plusieurs dizaines de mètres des ouvrages qu’on leur désigne du doigt. Ce qui est loin d’être le cas de Mme Traoré Seynabou Diop, ministre des Infrastructures et de l’Equipement qui prend son temps, s’informe et discute avec les entreprises sur le terrain, cherchant à s’assurer du moindre détail, comme on l’a vu à Kayes il y a quelques jours, à l’occasion de la visite du chantier du deuxième pont de la Cité du Rail. Non seulement elle est dans son élément car elle est Ingénieure diplômée de l’Eni de Bamako, mais aussi et surtout, ceux qui l’ont vu ce jour-là en blue-jean et courir à un moment donné pour ravaler une pente et même sauter allégrement au-dessus de tas de gravats, se sont rappelés que l’ancienne championne de 100m, 200m et relais 4X100 et en plus internationale de basket, peut à tout moment bondir parce qu’elle garde sa forme de grande sportive. Chapeau championne !

En baisse :

Cheick Abba Niaré

Le maire Rpm de la commune II, Cheick Abba Niaré, est sur la sellette pour chercher par tous les moyens à recaser les commerçants de l’ex marché Rose et des Halles de Légumes dans sa commune, malgré l’hostilité manifestée par les populations.

Cheick Abba Niaré

Le tollé provoqué par l’occupation d’une partie du champ hippique pour y installer les commerçants du marché Rose ne lui a pas suffi. Il cherche aussi à installer des commerçants jusque dans des rues. Ce que la population refuse et la jeunesse est montée au créneau pour dire non à cette entreprise de transformation de la voie publique en des espaces marchands, jurant ainsi d’avec la politique de désengorgement matérialisée par l’opération Ami Kane dont se souviennent encore les populations de Bamako. Mais ce qui est plus grave, c’est que l’on ne rend pas service au président IBK en mêlant son nom dans des actes si contestés, alors que, certainement, il n’en est pour rien. A quelques encablures de l’élection présidentielle, le calcul politicien du maire Rpm qui cherche à tirer des dividendes politiques du recasement de commerçants produira des résultats certes, mais qui pourraient ne pas être totalement positifs.

Simpara Saran Traoré

Simpara Saran Traoré

L’arrêt N°113 du 18 décembre 2017 de la Cour suprême sonne le dénouement dans l’affaire qui opposait Mme Simpara Saran Traoré à la Bms-sa, après 9 ans de conflit avec plus de 20 procédures. En effet, la femme d’affaires qui devait de l’argent à la Bms-sa, notamment 371 298 180 (trois cent soixante-onze millions deux cent quatre-vingt-dix-huit mille cent quatre-vingt) Fcfa, malgré une remise de plus de dix millions sur les charges de la dette et un abaissement du taux du crédit de 13% à 11%, suite à une insolvabilité consécutive à un prêt de 900 millions de nos francs, s’était retournée contre la Bms-sa, plus précisément contre son Pdg, Babaly Ba, pour lui réclamer 1 milliard de nos francs.

Mais toutes les expertises et contre-expertises ont été en sa défaveur et finalement la Cour suprême, qui a déroulé l’acte final de ce feuilleton judiciaire, n’a fait que confirmer la condamnation de Mme Simpara Saran Traoré qui mord ainsi la poussière face au Pdg de la Bms-sa, Babaly Ba.

A suivre :

El Hadj Abou Touré

Abou Toure dit El Hadj

ll commence à être un habitué de cette rubrique dans laquelle nous annoncions son retour prochain et très attendu par les membres de son association qui se sentaient orphelins de leur président. Eh bien, il est venu, il a été accueilli en grande pompe par ses ouailles et il a haussé le ton. Ainsi peut-on parler du retour au Mali du président de Kaoural Renouveau, El Hadj Abou Touré, qui a lancé un défi à la classe politique, comme quoi le candidat qu’il soutiendra gagnera non seulement en commune IV, mais aussi à Mopti. Voilà qu’il se positionne comme un faiseur de roi en bravant au passage le parti au pouvoir. Signe que son soutien n’ira pas vers IBK à qui Elhadj demande d’ailleurs de ne pas se présenter à sa propre succession. En tout cas, l’accueil qui lui a été réservé, le meeting qu’il a tenu et ses propos engagés font du président de Kaoural Renouveau un acteur politique qu’il faut désormais suivre, même s’il se défend encore de n’avoir jamais brigué un poste électif et ne le fera jamais.

Modibo KONE

C’est désormais le compte à rebours pour le banquier et ex-Pdg de la Cmdt, Modibo Koné, qui a été investi officiellement candidat à la présidentielle de juillet prochain par la plateforme Mali kanu, constituée pour soutenir sa candidature et tenter de le porter à Koulouba. C’est dire qu’il sera désormais beaucoup plus suivi et mieux écouté.

Modibo Koné

En effet, en tant que candidat déclaré puis investi, il sera donc épié jusque dans ses moindres faits et gestes, les uns pour se convaincre du choix qu’ils veulent porter sur sa personne, les autres pour trouver les moindres défauts afin de se faire bonne conscience de ne pas le soutenir. C’est dire que son staff de campagne a du travail de titan à abattre et il ne faudra donc plus dormir d’un sommeil profond d’ici le 29 juillet, date déclarée pour le premier tour de l’élection présidentielle. En d’autres termes, c’est maintenant que Modibo Koné, après avoir franchi le premier pallier, aura beaucoup plus l’oreille des citoyens qui attendent son discours, disons ses propositions pour en savoir davantage sur ses intentions, surtout que des préjugés de bon gestionnaire laissés après son passage à la Cmdt ont commencé à être rappelés.

La Rédaction

 

 

Aujourd’hui-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *