Nouvel an : les meilleurs vœux du ministre Moussa Mara au peuple malien

Moussa Mara  ministre Urbanisme Politique ville

Chers tous,

A l’occasion de la nouvelle année, j’ai le plaisir de vous adresser mes meilleurs vœux. Que l’année 2014 soit meilleure que 2013. Qu’elle soit l’année du renouveau de notre pays, l’année de la concrétisation des espoirs de millions de maliens en un retour productif de notre pays dans le concert des nations qui gagnent. Que la promesse des fleurs des élections générales produise les fruits de la réconciliation, de la justice, de l’équité, de la prospérité du Mali et des Maliens !

L’année dernière, à ce même moment de présentation de vœux, je vous ai présenté l’initiative agro industrielle d’un opérateur économique malien comme un des levains du Mali de demain. Je vous disais qu’au moment où ce dernier faisait des merveilles économiques, d’autres citoyens accomplissaient des exploits militaires et sociaux. Par ces vœux j’ai voulu mettre en lumière les maliens qui, dans l’ombre, travaillent et font que le pays tienne. Cette année encore, je souhaite aller dans le même sens pour signifier qu’au-delà des questions légitimes que nous nous posons sur l’avenir, l’espoir est et sera toujours permis.

Hier, samedi 28 décembre 2013, en tant que Ministre en charge de la politique de la ville, j’ai assisté à une réunion publique de l’association Bamako KANU à Bamako COURA à l’occasion de la journée de salubrité du quartier organisée par cette association comme elle le fait deux fois par mois depuis plus d’une année. Cette association est animée par des jeunes, dont certains cadres, et des femmes de Bamako COURA, cœur de notre capitale, pour prendre en charge toutes les questions qui touchent le cadre de vie. Elle a collaboré un instant avec la police pour éradiquer l’insécurité induite par certains jeunes du voisinage ayant mal tourné. Elle organise des cours de soutien aux enfants du quartier, des conférences débats sur les thèmes de la propreté, l’hygiène, l’organisation de la communauté…Tout cela sans aucun soutien de quelque autorité que ce soit, uniquement à partir des cotisations et des dons de certaines bonnes volontés du quartier. A la cérémonie d’hier, participaient d’autres associations, comme Bamako KANU, à l’instar de Siguida YELEN de Kalaban CORO ou encore de Stand up for Mali de Niarela, toutes impliquées à divers titres dans la gestion des enjeux locaux. Je voie dans ces initiatives locales les germes d’une nouvelle citoyenneté locale, prélude à toute citoyenneté nationale, qu’il faut accompagner, soutenir, exemplariser afin que de nombreuses vocations puissent s’y concrétiser et de nombreuses autres organisations déjà actives puissent démultipliées ces expériences. C’est dans ce sens que mon ministère va porter le projet de soutien aux organisations d’initiatives locales dans nos villes, principalement à Bamako, en collaboration avec les collectivités locales, pour encourager toutes initiatives de citoyens organisés, les accompagner dans leurs activités, cibler des résultats précis à atteindre et suivre avec rigueur dans le cadre de conventions tripartites à signer. De grandes perspectives s’ouvrent devant nous. Aux citoyens de faire leur part du travail dans les domaines qu’ils cibleront eux-mêmes (assainissement, éducation, santé, paiement de taxes municipales, conscientisation, prévention contre certains fléaux…), à la collectivité locale d’accompagner et à l’Etat d’organiser et de suivre pour que le nouveau contrat social ainsi esquissé se traduise concrètement sur le terrain à la satisfaction de tous.

Je rêve que de tout cela naisse un nouveau citoyen, actif dans la résolution de ses problèmes quotidiens, se sacrifiant pour ce faire, aux côtés d’autorités tout aussi impliquées pour avancer pas à pas, ensemble, chacun dans son rôle, vers cet avenir de succès partagé dans la confiance.

Ce citoyen là, mu par ces expériences, s’impliquera dans les enjeux d’ordre local et sans doute nationaux. Ce citoyen là sera exigeant vis-à-vis des autorités, légitimé par son action et orienté vers la collectivité. Ce citoyen là ne sera pas facilement manipulable et encore moins achetable pour s’engager dans une cause inappropriée ou suivre un leader négatif. Ce citoyen là constituera le fondement du renouveau démocratique de notre pays à un moment où on se pose de nombreuses questions sur notre système démocratique et de gouvernance.

Soyez sur que tant que le malien sera citoyen, au sens de ce que je viens d’indiquer, les leaders maliens seront responsables, engagés et exemplaires. C’est le chantier majeur pour notre démocratie et pour notre pays. C’est tout le mal que je nous souhaite à l’orée de cette année 2014.

Au moment où l’humanité entière pleure Mandela sous le déluge des louanges tant méritées pour ce grand africain, je vous invite tous à méditer son exemple et à essayer de suivre sa voie.

Essayons, chacun à son niveau, d’œuvrer pour la collectivité et pour le pays !

Essayons, chacun à son niveau, de transformer nos compatriotes en acteur, en éveillant chez eux l’esprit patriotique et citoyen qui dors depuis trop longtemps !

Rendons nous productifs, constructifs et positifs pour nos proches et pour nos pays !

Bonne année 2014 !

Une année de paix, de quiétude du cœur et de l’esprit, pour vous et tous ceux qui vous sont chers !

Bien à tous

Moussa MARA

 

Chevalier de l’ordre national

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *