Nos gouvernants décident

Sur le rapport du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le Conseil des ministres du jeudi 8 février 2018 a adopté des projets de texte. Ils portent  sur la ratification de l’Accord-cadre de financement par vente à tempérament et l’Accord de crédit-bail, signés à Washington, le 10 octobre 2017, entre le Gouvernement du Mali et la Banque Islamique de Développement. Cela, en vue du financement du projet de construction de la Centrale électrique thermique de 100 Mégawatt à Sirakoro. En effet, dans le cadre du financement du Projet de construction de la Centrale électrique thermique de 100 Mégawatt à Sirakoro, la Banque Islamique de Développement a conclu avec le Gouvernement de la République du Mali un Accord-cadre de financement par vente à tempérament accordant un prêt d’un montant n’excédant pas 5 millions 50 mille Euros, soit 3 milliards 312 millions 582 mille 849 francs CFA environ. Aussi, un Accord de Crédit-bail pour un montant ne dépassant pas 142 millions 950 mille Euros, soit 93 milliards 769 millions 53 mille 150 francs CFA environ. Le projet vise à satisfaire la demande en électricité sur le réseau électrique national interconnecté, en particulier les besoins en électricité de la ville de Bamako et ses environs. Sa réalisation permettra également de réduire les subventions au secteur de l’électricité et de diminuer le coût global de l’approvisionnement en électricité et les tarifs pratiqués.

Aussi, sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le même Conseil des ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif à la fourniture, l’installation et la mise en service de centrales hybrides photovoltaïques-diesel dans trois localités du pays. Il s’agit de Diondiori, Diafarabé et Kokry. Le marché, d’un montant de 2 milliards 452 millions 19 mille 214 francs CFA, toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 49 semaines, est conclu entre le Gouvernement du Mali et le Groupement SAGEMCOM ENERGY et SAGEMCOM-MALI.

L’exécution du marché s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Systèmes Hybrides d’Electrification Rurale. Elle permettra d’améliorer l’accès des populations rurales et péri urbaines défavorisées à des services énergétiques de base. Son est assuré par la Banque Mondiale.

****************

AEROPORTS DU MALI : LE DEFI DE LA SECURISATION RELEVE 

«Certifié, le 6 octobre dernier, conforme aux normes internationales de l’Organisation de l’aviation civile internationale », l’Aéroport international président Modibo Keïta-Sénou entend améliorer son niveau de sureté et de sécurité. Cela, conformément  aux orientations et à la volonté des plus hautes autorités du pays. C’est dans ce cadre que le ministre des Transports et du Désenclavement, Moulaye Ahmed Boubacar a tenu à s’imprégner des problèmes de l’infrastructure, en y effectuant mardi dernier, une visite de prise de contact avec la direction générale et le personnel. La visite s’est déroulée en présence de la presque totalité des premiers responsables des services de l’Aviation civile de notre pays et des travailleurs impliqués dans la gestion et la surveillance des Aéroports du Mali.  La visite avait pour but de comprendre les réalités en vue de trouver des solutions rapides, susceptibles d’améliorer la sûreté et la sécurité de nos Aéroports. Guidée par le président directeur général par intérim des Aéroports du Mali, Aly Tamboura et le Commissaire principal des Aéroports, Tidiani Coulibaly, elle a commencé au niveau du pavillon d’enregistrement des bagages. Là, les agents montent sur les bascules pour accéder à leurs postes de travail faute de passage. Ce qui constitue, selon des experts présents, un problème de sécurité car ils peuvent glisser ou la bascule pourrait se dérégler. Le ministre a, ensuite, parcouru le circuit des douanes où sont contrôlés les bagages de suite… Avant de visiter les dispositifs de sécurité et de sûreté (contrôle électronique, numérique et physique des pièces de voyages, des bagages, des personnes… et des installations électriques). « Côté sécurité et sureté, tout va bien à l’Aéroport international président Modibo Keïta – Sénou », a laissé entendre Tidini Coulibaly à la fin de la visite. Selon lui, une unité spéciale d’intervention est en place pour contenir tous les dangers (quelque soit leur nature) en attendant l’arrivée des renforts. A cela, il s’ajoute un dispositif très efficace d’inspection et de filtrage des bagages de cabine, de contrôle des documents. « Le but est de faire en sorte que le passager puisse voyager dans des conditions optimales et trouver que l’aéronef est dans les conditions de sureté requises », a expliqué l’officier de police. Toutefois, dans son fonctionnement, les Aéroports du Mali sont confrontés à des difficultés organisationnelles et techniques, a souligné Aly Tamboura. Concernant les problèmes organisationnels, un audit en cours devrait permettre la mise à jour des outils techniques comptable, administratif ainsi que l’amélioration de la communication à l’interne. Les soucis techniques, eux, ont trait aux coupures d’eau et d’électricité durant les périodes de pointe, la non opérationnalité de certaines machines, les retards de signature des marchés. L’amélioration de la qualité  du Wifi est aussi une question qui tient à cœur à la direction des Aéroports du Mali sans oublier les épineux problèmes de la spoliation du domaine aéroportuaire par « des maires » et des dépôts de déchets solides sur le site.

 

Source: infosepte- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *