Moustaph Dicko à propos du soutien de l’Adema à IBK : le réveil sera brutal comme toujours et il sera trop tard ».

Avant la tenue de ces assises, le 4ème vice-président Moustaph Dicko, limogé récemment de son poste de conseiller spécial à Koulouba s’est adressé aux délégués.

Voici un extrait de cette lettre qui attirait l’attention des délégués sur les vrais enjeux de l’heure. « Ceux qui veulent qu’on accompagne le pouvoir IBK, peuvent-ils dire quand est-ce que IBK a demandé que l’Adéma-PASJ l’accompagne ? Quel compte aura-t-il à rendre à l’Adéma-PASJ ? Et puis, ont-ils été consultés pour le choix du remplaçant du ministre de l’Education nationale ? L’Adéma-PASJ n’avait-il pas de gens capables de pouvoir à ce remplacement dans l’optique de l’accompagnement justement, des camarades dans les directions de l’éducation avec une expérience et une capacité de remplacer pour le peu de temps qui reste jusqu’aux examens, un ministre de l’Education qui démissionne ? Non, on a mis un militant du RPM sans aucune expérience administrative de ce niveau. IBK est à sa dernière possibilité, s’il est réélu, il aura besoin, pas de partenaires forts mais de son parti (le RPM) fort pour mener librement sa politique (c’est ce que le remplacement récent à l’éducation nationale préfigure !). Quelqu’un qui avait besoin d’un deuxième mandat et qui a traité notre parti comme il l’ai fait, pense-t-on vraiment qu’il changera quand il n’aura plus besoin de nouveau mandat ?
De le suivre comme nous l’avons fait jusqu’à présent nous apporté à IBK lui-même que l’impopularité (nous n’avons rien pu faire lors du projet de référendum) et au Mali que la déconfiture et des lendemains incertains pour tous (le nord comme aujourd’hui le centre échappent à l’Etat central), l’insécurité et la division sur des bases communautaristes règnent en maîtres partout dans ces zones. L’argent entrera en ligne de compte à n’en pas douter; il est prompt à faire oublier la réalité quotidienne pour des gens qui n’envisagent l’avenir que dans la minute qui suit. Mais, le réveil sera brutal comme toujours et il sera trop tard ».
Un soutien sans vote des délégués
Décidément la direction du Parti a organisé cette conférence pour donner la forme au soutien au candidat IBK. A la question de savoir ceux qui sont pour ce soutien, une partie de la salle a acclamé. Cela a suffi à Tiémoko Sangaré de dire que le parti soutient le camarade IBK. Une vive protestation a envahi la salle. De nombreux délégués voulaient que la direction du parti procède au vote pour départager les deux camps. Un passage en force !
Les coulisses de la conference de l’adema

Mali24

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *