Moussa Timbiné sur la marche interdite du 2 juin: « L’opposition s’est comportée en voyou »

A l’occasion de la conférence de presse de la Jeunesse du mouvement ensemble pour le Mali J-EM, tenue mercredi dernier à la maison de la presse, l’honorable Moussa Timbiné, président du dit mouvement, a dénoncé le comportement de l’opposition lors de la marche pacifique, interdite par le gouvernement. La marche pacifique du 2 juin, initiée par l’opposition et la société civile, demeurera incontestablement l’un des faits marquants du premier quinquennat du président son excellence Ibrahim Boubacar Keita.

En effet, l’on se rappelle cette marche de l’opposition, qui avait pour but d’exiger des élections libres et transparentes et l’égal accès à la télévision nationale, ORTM, et qui avait été violemment réprimée à coup de gaz lacrymogène par la police faisant une quinzaine de blessés dont l’ancien ministre de l’économie et des finances, M. Mamadou Igor Diarra,  Aliou Boubacar Diallo, candidat du parti ADP-Mali à la présidentielle prochaine, et Etienne Fakaba Sissoko, ancien conseiller économique à la présidence.

Un acte fermement condamné par l’opinion internationale dont les Etats-Unis d’Amérique, la MINUSMA et la France. En réaction, face à la presse, vue le contexte d’insécurité dans notre pays, l’élu RPM de la commune V du district de Bamako, honorable Moussa Timbiné, s’interroge : « est-il normal de créer des troubles en défiant nos institutions à deux mois de la présidentielle? » Selon Moussa Timbiné, après un communiqué officiel du gouvernement, annonçant l’interdiction de ladite marche, l’opposition malienne, dans un dessein de troubler à l’ordre public, a insisté à tenir sa marche. Ce qui a poussé les forces de l’ordre, dit Moussa, a faire usage des moyens conventionnels de dissuasion pour disperser les manifestants. « Toute chose qui a causé des troubles et a mis à mal la quiétude de la population de Bamako » a-t-il déploré.

Pour Moussa Timbiné, l’opposition qui a toujours bénéficié de l’autorisation des marches sous le régime Ibrahim Boubacar Keita, devrait, par respect à notre constitution et à nos institutions, se plier cette fois-ci à la décision d’interdiction de la dite marche pour cause d’Etat d’urgence. Mais, à entendre l’honorable Timbiné, l’opposition, à travers cette marche, « essaye de projeter un spectre de chaos. » C’est elle qui est déjà pris par les esprits à la violence et aux conflits post-électoraux » s’exprime-t-il, avant de poursuivre que depuis un bon moment,  » l’opposition diffuse à travers des réseaux sociaux et autres canaux de communication les messages de la future terreur qu’elle projette ».

Un acte irresponsable de la part de l’opposition, juge Moussa Timbiné. Parlant de la mobilisation des enfants d’autrui à la marche interdite, Moussa Timbiné dénonce l’insouciance de l’opposition qui « se joue des maliens et des maliennes » a-t-il dit. « En s’opposant ainsi aux lois et aux autorités légitimes,  » l’opposition s’est comportée en voyou » s’exprime ainsi l’élu de la commune V du district de Bamako. Avant la fin de son intervention, l’honorable Moussa Timbiné a appelé l’opposition à la retenue et a exhorté le gouvernement, à poursuivre avec fermeté, sa mission pour assurer la sécurité la paix et la cohésion sociale.

Boubacar Kanoute

Source: figaromali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *