Moussa Timbiné, nouveau président de l’Assemblée nationale : Peut-il relever les défis ?

Aussitôt élu président de l’Assemblée Nationale du Mali, le député Moussa Timbiné a remercié le Président IBK pour engagement tenu, avant de s’engager à gérer efficacement l’institution parlementaire. Peut-il relever les défis ?

 

« Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années », a fait dire Pierre Corneille à Rodrigue, dans Le Cid. Le député Timbiné est la génération de personnalité politique qui incarne le changement générationnel tant attendu et prôné par le Président de la république Ibrahim Boubacar Kéita.

A  la sortie d’un vote qui l’a consacré parton du perchoir avec 134 voix contre 8 pour Moussa Mara, le président Timbiné a aussitôt rendu hommage à son prédécesseur Issaka Sidibé qui, à ses dires, « n’a pas démérité », avec « un très bon bilan ».

Si le choix du député Moussa Timbiné est le souhait de la vieille génération de de laisser « la place à la jeunesse », il traduit davantage les « vœux du Président de la République qui, lors de son investiture, a tenu clamer fort que ce mandat est placé sous le signe de la promotion de la jeunesse.»

« Aujourd’hui, le Président de la République vient de prouver de plus, après la nomination du Premier ministre , après la nomination de plusieurs ministres jeunes, après la loi du Genre qui a aussi promu beaucoup de jeunes femmes à l’Assemblée Nationale, qu’il est au service de la jeunesse, qu’au cœur de son combat il a placé la jeunesse », a déclaré le président élu de la nouvelle Assemblée. Qui n’a pas tardé à témoigner de sa reconnaissance, quand il ajoute : « Très sincèrement, c’est le lieu de remercier le Président de la république qui est un père pour moi. Comme je l’ai dit, depuis que mon père est décédé, c’est l’une des rares fois que j’ai senti quelqu’un remplacer mon père ».

Moussa Timbiné donne le ton 

C’est message est celui d’émotions (« Je suis chef d’institution, je vais m’efforcer à ne pas couler des larmes ») à la suite de son élection pour le perchoir. Mais, il d’une autre connotation, car laissé à ses détracteurs, puisqu’il y en assez depuis sa candidature pour la réélection, qui se sont dressés sur son chemin, qui ne cessent de s’y dresser et qui ne cesseront de le faire.

Pour celui qui ne suit de près l’actualité politique malien, la réélection du député Timbiné a été parsemée d’épines. Certains de ses camarades du parti RPM associés à l’opposition lui ont rendu la tâche dure. Difficilement arrivée au second tour, sa liste RPM-APR a été déclarée vaincue par le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation pour les résultats provisoires, avant d’être confirmée vainqueur par l’arrêt de la Cour Constitutionnelle.

Cette confirmation a revigoré l’homme. Sur les réseaux sociaux, tous les qualificatifs vont bon train, pour lui nuire et le discréditer aux yeux de la population. L’élu de la Commune V s’y est préparé et rassure s’être cuirassé contre l’adversité. « Si on me poignarde, je ne vais pas pleurer. Dans un combat je ne pleure jamais…», avertit-il.

Engagement

Tout en implorant le Tout-Puissant de l’assister pour qu’à l’heure du bilan qu’on ne regrette pas avoir confié ce perchoir aux jeunes, l’honorable Timbiné a promis d’être «l’ambassadeur des jeunes », et de se battre pour « honorer la jeunesse ».

Et le nouveau président de l’Assemblée de s’engager : « Je vais me battre pour que les crises que traverse le Mali puissent trouver de solutions. Les questions du Nord, du Centre, la Crise scolaire, le problème d’emplois des jeunes, le problème de coronavirus auquel nous faisons face et le problème de santé en général, nous allons y veiller, nous allons travailler ».

Peut-il relever les défis auxquels fait face l’institution ?

D.C.A

Le Soft

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *