Moussa Sinko Coulibaly reste dans le gouvernement : IBK donne raison au général et désavoue le Parena

Le jeudi 22 août 2013, le secrétaire général du Parena, Djiguiba Kéita alias PPR n’avait pas été tendre avec le ministre de l’Administration territoriale de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire, Moussa Sinko Coulibaly. Au gouvernorat du district où le ministre était venu parler du calendrier électoral avec les partis politiques, comme si PPR et son Parena réglaient leurs comptes avec le ministre par rapport à la précipitation de la présidentielle qui a amené Tiébilé Dramé à se retirer de la course, Moussa Sinko Coulibaly a été à la limite insulté et prié de démissionner. Mais IBK vient de donner raison au néo-général en le maintenant à son poste pour l’organisation des législatives prochaines et par voie de conséquence désavoue le Parena.moussa sinko coulibaly ministre interieur administration territorial collectivites locales annonce resultat presidentiel conference de presse

Moussa Sinko Coulibaly savait-il sa reconduction dans le prochain gouvernement en s’attelant dès le lendemain de la présidentielle aux préparatifs des législatives ? C’est l’impression que nous a donnée les évènements avec un épilogue qui a vu le nouveau président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, le maintenir à son poste de ministre de l’Administration territoriale de son premier gouvernement dirigé par Oumar Tatam Ly.

En venant à la rencontre de la classe politique le jeudi 22 août 2013 au gouvernorat du district pour plancher sur les prochaines législatives qu’il avait même datées pour le 27 octobre 2013 pour le premier tour, le tout nouveau général Moussa Sinko Coulibaly, avait été pris à partie par une certaine classe politique, cataloguée de l’opposition puisque issue du camp adverse du vainqueur de la présidentielle.

Menée par le Parena de Tiébilé Dramé, cette classe politique accusait le ministre d’avoir fait des législatives sa chose alors qu’à leur entendement cette prérogative devrait revenir au nouveau régime du président Ibrahim Boubacar Kéita. Et c’est le secrétaire général du Parena, Djiguiba Kéita alias PPR qui avait été le plus virulent dans son intervention.

«  Vous avez toujours affiché le plus souverain des mépris envers les partis politiques or, il n’y a pas de démocratie sans partis politiques viables. Je voudrais vous demander donc d’avoir à l’esprit que c’est par un coup d’état, c’est-a-dire la plus grande effraction qu’on puisse commettre dans un pays, un crime imprescriptible, que vous êtes là. Donc même si par trahison de la nation et ingratitude envers les patriotes le Président Dioncounda  vous a élevé au grade de Général, comme prime au coup d’Etat et à l’impunité, cela ne change pas les données de ce problème d’illégitimité que vous trainez. Cessez donc d’avoir du mépris ou de la condescendance envers les partis politiques », avait-il asséné avant de poursuivre son réquisitoire sur ce ton : « Laissez nous avec notre nouveau président, c’est à lui à prendre les dispositions idoines pour une bonne organisation de ces législatives. Et, en tout état de cause, n’eût été le fait que nous soyons absolument dans une République bannière, vous devriez démissionner ou être démis lorsque vous avez commis l’impair de proclamer les résultats avant les résultats. Maintenant que la page de la République bananière est tournée avec l’élection d’IBK, de grâce, rendez le tablier, monsieur le Ministre ! Ce n’est pas à vous d’organiser les législatives de l’ère nouvelle ».

Aujourd’hui la reconduction de Moussa Sinko Coulibaly sonne comme un désaveu pour le Parena. Le ministre accusé n’a pas été démis de ses fonctions, il est toujours là et c’est comme si c’est par intuition qu’il avait entamé depuis lors les préparatifs des législatives. Savait-il qu’il allait être reconduit après le bon travail de la présidentielle et que vu l’urgence des défis il fallait aller vite ? En tout cas le temps lui a entièrement donné raison.

 

Abdoulaye Diakité

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *