Mon colonel, n’oubliez pas Soumaila Cissé !

Le régime Ibrahim Boubacar Keita a pris fin depuis le mardi 18 août 2020 suite à une mutinerie qui a conduit à la démission du chef de l’État. Avant la mise en place d’une transition politique civile, la destinée du Mali est dans les mains du colonel AssimiGoïta et ses compagnons. Même si dans leurs premières sorties médiatiques, les membres du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) n’ont pas évoqué la question de la libération de l’honorable Soumaila Cissé, enlevé depuis 5 mois, elle doit être l’une des priorités, surtout que le régime sortant disait être avancé dans les négociations.

 Le colonel Assimi Goïta est le nouvel homme fort du Mali jusqu’à la mise en place d’une transition politique civile que son mouvement, le CNSP, a promis. Ces militaires qui ont contraint le président IBK à la démission ont fait leur première déclaration le mercredi 19 août. Nombreux sont des Maliens qui ont apprécié la qualité de la déclaration et la grandeur de ses auteurs. Ils ont touché à tous les secteurs, surtout à la sécurité et à  la paix. Le colonel Goïta et ses compagnons ont rassuré les Maliens de leur volonté pour un Mali nouveau, apaisé et sécurisé. La mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, la prise en compte des recommandations du Dialogue national inclusif, l’organisation d’élections générales crédibles… ont été garanties par le CNSP dans sa déclaration.

Ce qui manque dans la déclaration du CNSP mais qui était pourtant attendu, c’est la question de la libération de l’honorable Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition, enlevé depuis le 25 mars 2020 alors qu’il était en campagne pour les élections législatives à Niafunké. Parmi les revendications du mouvement contestataire qui a favorisé le renversement du régime IBK figure la libération de l’honorable Soumaila Cissé. Les autorités sortantes avaient rassuré les populations que les négociations étaient en cours et même très avancées avec les ravisseurs du président de l’URD et qu’il serait libéré bientôt.

Aujourd’hui, le CNSP, avec à sa tête, le colonel AssimiGoïta doit aussi, en plus d’autres priorités,  obtenir la libération de l’honorable Soumaila Cissé. Ils doivent faire de cette question une de leurs priorités. Ils doivent donc déjà chercher à entrer en contact avec les ravisseurs du député de Niafunké afin de favoriser son retour. C’est ce qui est attendu d’eux par bon nombre de Maliens dont l’URD. « L’URD rappelle que ses militants et sympathisants doivent, en tout lieu et à tout moment, rester mobilisés pour la libération de son Président, l’honorable Soumaïla Cissé. L’URD à ce titre invite les membres du Comité National du salut du Peuple à faire du dossier de la libération de l’honorable Soumaïla Cissé une priorité », a indiqué le parti de Soumaila Cissé dans son communiqué publié mercredi dernier.

BoureimaGuindo

Source: Journal le Pays-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *