Modibo Sidibé face à la presse : « L’année 2016… nous l’entamons sans cap, sans clarification sur la refondation et les reformes à entreprendre ».

 

modibo sidibe premier ministreLe Président des Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence, Modibo Sidibé était face à la presse le mercredi 13 janvier 2016 au siège du parti au quartier d’ Hamdallaye.  L’objectif de ce point de presse était d’une part de présenter les meilleurs vœux et échanger avec les medias et d’autre part de débattre du bilan de l’année écoulée, des défis actuels et futurs ainsi que les perspectives pour le Mali en cette nouvelle année. Dans  son rôle de leader de l’opposition, le Président des FARE AN KA WULI a déploré la gouvernance du pays par le régime actuel et invite le gouvernement à accentuer ses efforts pour la refondation d’un Etat fort.

A l’entame de son propos liminaire, Modibo a remercié la presse pour la couverture de la première convention nationale du parti tenue le 19 décembre 2015. Selon lui, il ne s’aurait y avoir de démocratie véritable sans une presse professionnelle, engagée et déterminée à protéger et à préserver contre vents et marées les libertés, notamment celles de pensée, d’opinion, d’expression et de culte.

Parlant de bilan, le président des FARE a indiqué que c’est bien peu de dire que 2015 fut assez éprouvante pour notre pays. A ce titre, il a mis l’accent sur le déficit de l’Etat, l’insécurité généralisée, la cherté de la vie, la corruption et la délinquance financière, la lenteur et le tâtonnement dans la mise en œuvre pour l’accord de paix etc. Comme tout cela ne suffisait pas, Modibo dira que certaines dominantes de la nouvelle année appellent des réflexions …. Pour ce faire, il s’en prend au Chef de l’Etat : « nous trouvons la situation d’autant plus désolante et inquiétante que le Président de la République ,dans son récent discours à la nation  à l’occasion du Nouvel An, a surtout axé son message sur une revue sectorielle sans tracer quelques perspectives que ce soient : rien sur les réformes institutionnelles qu’exige la révision constitutionnelle, les ,programmes économiques majeurs, ni sur la protection de nos concitoyens face à toutes les insécurités… »

Abordant  le volet  perspectives, le chef des FARE a invité le gouvernement pour l’organisation d’une large concertation nationale sur les grands maux qui minent actuellement la vie du pays, dont  notamment issu de  l’accord d’Alger, le renforcement des forces de défense et la dotation de la République d’une architecture efficace de gestion de la crise sécuritaire. A en croire Mr Sidibé «, gâchis et désillusion peuvent être évités à notre pays, s’il ya à la fois capacité et volonté réelles du régime à conduire à bon port le bateau Mali ; oui, si le pilote tient la barre d’une main ferme. Oui, s’il est averti du danger et qu’il a les compétences pour l’éviter. Oui, s’il sait que face à la tempête, les grands mots ne suffisent pas. Oui surtout, si l’équipage est réuni, debout, confiant, prêt à l’effort. L’équipage, c’est toi, peuple du Mali. »

Pour terminer, le Président des FARE a déclaré : « l’année 2016 qui nous porte au-delà de mi-mandat est cruciale pour notre pays et nous l’entamons sans cap, sans clarification sur la refondation et les reformes à entreprendre ».

Jean GOÏTA 

source  : Le Pouce

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *