Modibo Sidibé des FARE à la rencontre de la section commune V du parti : « Les autorités doivent agir au lieu de s’agiter par des promesses verbales »

Pour le président des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence, l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé, le Mali a besoin d’autorités qui travaillent pour son mieux-être et non celles qui passent leur temps à  » parler de tout et de rien « . Les actes parlent d’eux-mêmes. Nous sommes à l’heure du concret « . Il a ajouté que si le gouvernement veut poursuivre les actions existantes par exemple dans le domaine agricole, de la santé communautaire, du mois de la solidarité c’est que ceux qui avaient gouverné ont mené de bonnes actions. Le leader des FARE a tenu ces propos au cours de la rencontre qu’il a eue le jeudi 1er mai avec la section du parti en commune V du district.

 modibo sidibe politicien fare

La rencontre qui s’est transformée en meeting s’est déroulée aux 300 logements à Sabalibougou, en commune V du district de Bamako. L’état-major des FARE était présent avec aux côtés du président, Modibo Sidibé, les vice-présidents Souleymane Koné, Abou Bakar Traoré, Mme Gakou Salamata Fofana, Alhousséiny Abba Maïga, Issa Zan Traoré, le Secrétaire général, Mahamadou Kéita, le député Bakary Woyo Doumbia et d’autres cadres.

Dans son intervention, le président des FARE a expliqué l’idéologie du parti et sa volonté forte de rassembler tous les Maliens en vue de se consacrer au développement du pays. Cette volonté de rassembler, dira-t-il, est symbolisée par l’emblème du parti, le grand arbre à l’ombre duquel tous les Maliens soucieux du devenir du pays doivent s’asseoir. Il a assuré que les FARE constituent « une alternative politique crédible » pour fédérer les énergies et travailler pour le bien-être de tous.

C’est dans ce sens que l’ex-Premier ministre a indiqué que le temps du discours et du verbiage creux est terminé. « Les autorités doivent agir au lieu de s’agiter dans des promesses verbales. Gouverner c’est travailler et faire de son mieux pour poser des actes qui vont dans l’intérêt des populations… « , a-t-il souligné. S’adressant aux jeunes venus nombreux à la rencontre, le leader des FARE dira :  « Ce que nous voulons construire c’est demain et c’est avec vous les jeunes. Ne vous laissez pas tromper par des propos mielleux de qui que ce soit. Nous sommes décidés à tracer la voie avec vous. Notre pays peut faire des progrès. Vous pouvez réussir. Nous voulons faire en sorte que chacun quelle que soit son origine, son rang social ait ce qu’il mérite… »

 

Modibo Sidibé n’a pas manqué de répondre aux accusations formulées contre les gouvernants du régime précédent. « Si aujourd’hui, le gouvernement annonce qu’il va poursuivre les actions du mois de la solidarité, maintenir les subventions aux agriculteurs, développer le système de santé communautaire, c’est que nous avons posées des actes positifs pour ce pays « , a-t-il déclaré. Avant d’appeler les militants à se mobiliser pour que lors des prochaines élections communales, les FARE puissent avoir des résultats honorables dans la commune V.

Par ailleurs, répondant à des questions de certains militants, Modibo Sidibé a expliqué que la démocratie fonctionne avec une majorité et une opposition. A partir du moment où le parti a opté pour animer l’opposition et que certains, dont des députés, ont démissionné pour cela, « il n’y a plus de groupe parlementaire FARE -SADI à l’Assemblée nationale « . Le seul député qui peut parler au nom des FARE à l’Hémicycle est Bakary Woyo Doumbia, à qui il a rendu hommage pour sa loyauté.

D’autres intervenants dont le député ont pris la parole pour expliquer les positions du parti et la nécessité de mobiliser pour aller aux prochaines élections.

 

Bruno Djito  SEGBEDJI

 

Modibo Sidibé face à des militants de son parti en commune II

 » Nous avons rejeté la DPG parce qu’elle ne prend pas  en compte les préoccupations immédiates du peuple «

Dans le cadre de sa tournée de prise de contact avec les militants à la base, le président des FARE Modibo Sidibé était le week-end dernier en commune II du district de Bamako. Une occasion qu’il a mise a profit pour aborder les sujets portant sur la vie de la nation. C’est dans la grande cour du siège du parti pleine à craquer à Niaréla  que cette rencontre s’est déroulée.

La secrétaire générale de la section du parti en commune II, Mme Cissé Djita Dème    dans son mot de bienvenu a remercié particulièrement le président pour cet échange direct avec les militants.  A la délégation du président,  elle a fait l’état des lieux du parti en commune II qui compte 12 sous-sections. Par ailleurs, Mme Cissé   s’est réjouie du résultat obtenu par leur formation politique, qui,  malgré  son jeune âge a occupé la quatrième place sur l’échiquier politique national lors de la dernière présidentielle.

 

 

« Nous allons nous mobiliser davantage pour que le parti puisse remporter d’autres victoires lors des prochaines échéances électorales à venir «  a précisé la secrétaire générale  qui a au passage salué le leadership de leur président. « Vous êtes une référence pour nous et nous n’avons jamais regretté de vous avoir suivi  » a-t-elle souligné.

Pour sa part, le président Modibo Sidibé, dans un bambara  limpide a remercié les militants et sympathisants qui se sont mobilisés lors du  récent congrès du parti. Il a profité de cette tribune pour  les édifier sur la vie du parti et leurs positions face à la conduite des affaires publiques   notamment la  déclaration de politique générale du Premier ministre Moussa Mara,  que les FARE  ont refusé de voter pour. « Cette DPG ne répond pas aux préoccupations majeures de nos compatriotes à savoir la résolution du problème du nord et la relance de l’économie. Aussi la plupart des projets annoncés dans le document sont en cours d’exécution ou de finition «  a précisé le conférencier.

L’ex-Premier ministre  a par la suite invité le pouvoir en place à accepter les critiques afin de s’améliorer.  « Nous pensons aux FARE qu’on peut faire la politique autrement. La politique ne rime pas avec les coups bas, les mensonges et la trahison. Et nous l’avons prouvé par le respect de notre consigne de vote au second tour en faveur du candidat du FDR  » a-t-il poursuivi.

Modibo Sidibé a surtout  demandé  aux députés démissionnaires de ne plus user du nom des FARE. Enfin, il a remis une copie des statuts et règlement intérieur et des recommandations issues du dernier congrès   à la  section de la commune II pour une large diffusion. Il faut rappeler que l’un des temps forts de cette rencontre a été l’exercice des questions réponses entre le président et les militants.       

 

 

                                                    Kassoum THERA

SOURCE: L’Indépendant
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *