ME DEMBA TRAORE DE L’URD A PROPOS DE LA NON PARTICIPATION DE L’OPPOSITION AU DNI : « Nous refusons de participer pour non respect de certains principes et non par plaisir»

Même si le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a réaffirmé sa volonté de voir le chef de file de l’opposition aux travaux du Dialogue national inclusif, l’opposition semble camper sur sa position. Le secrétaire à la communication de l’URD, Me Demba Traoré, estime que le chef de l’Etat occulte les vraies préoccupations des Maliens. « J’ai l’impression qu’IBK feint d’ignorer les raisons de notre non participation à son DNI et par conséquent, instaure un dialogue de sourd autour de notre non participation. Nous refusons de participer pour non respect de certains principes et non par plaisir», précise-t-il.

 

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a fait le week-end dernier une adresse à la nation. Centré sur la situation sécuritaire et surtout la perte des 13 soldats français, IBK a profité pour attirer l’attention de l’opinion sur le démarrage des travaux du Dialogue national inclusif dans deux semaines. Et pour qu’il soit un succès, le président a lancé un appel aux acteurs politiques et de la société civile qui gardent des réserves sur le processus. L’honorable Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition fait partie de ses acteurs.

Pour l’Union pour la République et la démocratie (URD), le président IBK occulte les vraies préoccupations. « Dans une telle adresse à la nation, IBK devait avoir le courage d’informer la nation sur les raisons de notre participation et la réponse qu’il a donnée à nos préoccupations. Nous avons demandé et toujours rappelé que nous sommes résolument engagés pour la tenue d’un dialogue sincère, dynamique sans tabou, interactif au cours duquel toutes les parties prenantes feront preuve d’honnêteté de sérieux, en mettant le Mali au dessus de tout, y compris, des prérogatives présidentielles qui n’ont jamais pu faire avancer le processus de paix et de stabilisation de notre pays»,  indique Me Demba Traoré.

Selon lui, Soumaila Cissé et ses compagnons de l’URD, de l’opposition ont participé à ce processus jusqu’au niveau de la prétendue validation des termes de références. « Nous avons élaboré des contributions qui devraient recadrer le format initié pour ce dialogue. Parce que nous avons remarqué que le format initié n’était pas convenable pour aller vers un dialogue sincère, honnête, sérieux qui va discuter de tous les problèmes du Mali… »

Le porte-parole de l’URD ajoute que son parti a fait des propositions et suggestions pour améliorer le travail. « Sans le respect de nos propositions qui s’articulent autour de 7 points déjà connus de tous nous ne participerons pas à ce simulacre de dialogue. Pour nous, le Mali n’a pas besoin d’aller à un dialogue folklorique dont les conclusions sont connues d’avance ».  « Notre première inquiétude était d’abord de fixer un cadre de parité entre l’opposition, la société civile et la majorité dans l’organe de prise de décision et d’élaboration des résolutions du DNI.   Ils ont carrément refusé nos suggestions et font comme si nous n’avons rien demandé. Lui –IBK), il évite de parler des conditions posées par l’opposition. Ce n’est pas acceptable. C’est ne pas élégant de sa part ».

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *