Mastan, candidate RPM à Barouéli: un plébiscite qui en appelle un autre

Militante de première heure du RPM, issue d’une famille politique de Barouéli qui est une base électorale de la circonscription, d’un engagement politique avéré et d’une sollicitude particulière envers ses sœurs, de ce fait, ‘’courtisée’’ de tous les autres candidats, Aïchatou CISSE dite Massan est la championne du Rassemblement pour le Mali (RPM) pour les législatives dans la circonscription de Barouéli désignée par acclamation. « C’est exceptionnel », selon la mission de supervision.

 

Pour les joutes qui s’annoncent, le RPM sera en alliance avec l’ADEMA/PASJ et l’ASMA/CFP.

Le Secrétaire général de la section, Moussa dit Sadio TRAORE ancien député, témoigne, au sortir de la conférence de section, ce samedi, en présence de la candidate : « c’est en reconnaissance de son engagement politique que ses sœurs qui la rencontraient lors des rencontres à Bamako lui ont demandé de venir militer à Barouéli. C’est ce qu’elle a fait sans réserve, s’illustrant par son soutien aux femmes. Elle est à l’origine du financement de 4 projets de location de bâches et de tribunes, de fabrique de savon, d’aide aux tresseuses. Elle a donné une autre vision de la femme politique qui n’est plus que votante, mais participant aux prises de décision. De ce point de vue, elle stimule les autres femmes. En plus de cela, elle a comme atout qu’elle est issue d’une famille politique de Barouéli qui est une base électorale. Son grand-père a été député et son oncle Amara CISSE est Conseiller à Barouéli. Sa présence à Barouéli est fréquente puisqu’elle a sa famille ici. Elle est d’ici. C’est en raison de tous ces atouts que tous les candidats voudraient qu’elle soit avec eux ».

La mission de supervision composée de Hawa TRAORE (BN-UF), de Fatoumata MAGASSOUBA dite Mama (BN-UJ) et de Mahamadou KEITA (BPN) n’a pas dissimulé sa fascination face à une telle unanimité autour d’un candidat.

« C’est la première fois que je vois une section choisir un candidat sans contestation aucune, surtout au regard de l’état du RPM aujourd’hui. Dans certaines localités, ce sont des coups de poing qui pleuvent, des députés qui sont pourchassés, des machettes qui sont brandies. Tout ce que je n’ai pas vu, ce sont les armes à feu. Dans certaines localités, superviseurs vont la peur au ventre. Mais, à Barouéli, c’est du jamais vu », a félicité M. KEITA. Toutefois, il met en garde contre tout excès de confiance et la tentation de se laisser manger par les alliances, parce que le Parti doit survivre aux élections, en sortir plus fort, et non affaibli.

« Il ne faut pas se minimiser, ne rasons pas les murs comme le disait le Président IBK ; faisons-nous confiance », a-t-il conseillé.

Hawa TRAORE a salué l’entente et la cohésion, mais surtout l’unanimité autour d’une femme qui relève de l’exceptionnel.

« Je suis fière de la manière avec laquelle j’ai été désignée, par acclamation. Il n’y a pas eu de Commission d’investiture, il n’y avait pas deux candidats. Merci pour la reconnaissance de mon engagement politique », a introduit la candidate ses propos. Rentrant dans le vif du sujet, elle interpelle : « les hommes comptent sur les femmes pour se faire élire. Étant donné que c’est une femme qui est désignée, je compte d’abord sur les femmes. Dépassons Massan, et voyons le Parti, tous les sacrifices consentis pour en être là. Ne méprisez pas vos candidats ; mais soyez en phase avec votre candidate. Ne cédez pas aux chants de sirène des autres candidats ; auquel cas, même en cas de victoire, le Parti s’en sortirait affaibli. Or, après les législatives, il faudra poursuivre le travail de renforcement du Parti. Travaillons en ayant en vue que le Parti est la première priorité ». La candidate ravigote les militants : « soyez fiers de votre candidate ; tous les candidats veulent aller avec votre candidate. Ils ont entrepris des démarches dans ce sens. Allez avec la confiance de gagner. Je vous promets de ne pas vous décevoir ».

Les délégués des 11 sous-sections ont également tenu le langage de vérité démontrant qu’ils forment un bloc compact derrière leur candidate. Certains propos en attestent éloquemment : « notre fierté, c’est la victoire de notre candidate ; que nos paroles soient traduites en actes concrets et que ce qu’on dit vient vraiment du cœur » ; « il faut que nous ayons une parole d’honneur » ; « si chacun faisait voter 100 personnes, il n’y aurait aucune raison qu’on soit battu. Nous pouvons mobiliser au niveau de nos associations, de nos corporations, de nos belles familles, faire du porte-à-porte ».

En somme, dans la section de Barouéli, c’est une vague déferlante de militants qui en veut pour le triomphe de sa candidate. Que le meilleur gagne.

PAR BERTIN DAKOUO

INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *