Mara face à la presse de Koutiala et de Yorosso : «Le Mali a fortement besoin de la France pour lutter contre le terrorisme»

Le jeudi 26 juin 2014, après sa rencontre avec l’administration et les administrés, le Premier ministre a rencontré la presse locale de Koutiala et de Yorosso afin d’édifier l’opinion publique sur les questions d’actualité nationales.

 pm premier ministre moussa mara interview

A l’intention des journalistes locaux des cercles de Koutiala et de Yorosso, le Premier ministre Moussa Mara a animé une conférence de presse. Une opportunité pour non seulement relayer l’objectif de sa visite à Koutiala à travers les radios locales mais aussi éclairer les lanternes sur les questions brulantes de la nation.  Parmi tant de sujets évoqués, c’est la crise du nord  et la coopération militaire entre le Mali et la France qui ont dominé les débats.

Interrogé par les confrères sur la capacité opérationnelle de l’armée à résoudre la crise du septentrion, sans détour Moussa Mara a laissé entendre que pour une crise politique, il ne peut y avoir de réponse armée. Avant de souligner la nécessité du soutien de la France dans la lutte contre le terrorisme : « Il ne faut pas qu’on se leurre. Ni la Minusma, ni l’armée malienne ne peuvent  à l’état actuel des choses lutter contre le terrorisme. Le Mali a fortement besoin de la France pour éradiquer le fléau  hors de nos frontières ».

«L’accord ne prévoit pas l’installation d’une base militaire française à Tessalit»

Au sujet de la Coopération militaire entre le Mali et la France, le Premier ministre a expliqué que ce n’est pas un nouvel accord que le Mali signera avec la France mais plutôt le parachèvement d’un accord qui existe déjà entre nos deux pays depuis 1985 sous le régime Moussa Traoré. Pour lui, la signature de cette coopération permettra de peaufiner  certains aspects. Car l’accord existant ne prévoyait pas la présence au sol des militaires français mais était fondamentalement axé sur la formation et le stage des militaires maliens. Or, actuellement, il y a Serval qui opère au Mali. Il faut donc un cadre juridique   pour cette opération, précisera Mara. Mais, rassure-t-il, «l’accord ne prévoit pas l’installation d’une quelconque base militaire française au Mali. Ni à Tessalit, ni ailleurs au Mali». Il n’empêche pas non plus le Mali de signer des accords de coopération militaire avec d’autres grandes puissances, laissera entendre le Chef du gouvernement.

Oumar KONATE

SOURCE: Le Prétoire
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.